Bagniere comedies_confinement-04

COULEUR DE PEAU : MIEL

Un film de Laurent Boileau et Jung

Histoire de mixités

Né en 1965 à Séoul, Jung est l'un des 200 000 enfants coréens adoptés à la fin de la guerre de Corée. En 1971 il a été accueilli par une famille belge déjà forte de quatre enfants...

Adapté du roman graphique de Jung lui-même, "Couleur de peau : miel" nous conte les différentes étape de la jeunesse de l'auteur, adopté par une famille étrangère. Retraçant sa propre histoire, à partir d'un séduisant mélange d'archives historiques et familiales, de reconstitutions filmées et de parties animées, il nous narre l'arrivée dans la famille, l'incapacité à communiquer, et nous montre ce lien qui pourtant se dessine immédiatement avec les autres enfants.

Intéressé par la notion d'identité, il s'attache à décrire la perception de l'étranger et l'image que celui-ci projette. Le jeune garçon va jusqu'à rejeter initialement sa petite sœur, "une deuxième asiatique" dans la famille, tout comme il évite dans la rue les autres enfants coréens, ses "compatriotes", miroirs étranges de sa différence. Car au cœur de la construction de l'enfant, il y a la nécessité de se sentir "spécial". Et paradoxalement, Jung, lui, décidera alors, face à l'impossibilité de demeurer le seul Coréen de la famille... de devenir Japonais !

Mais "Couleur de peau : miel", c'est surtout le portrait, dressé avec des yeux d'enfant et un recul d'adulte, d'un père aimant, désespéré par les erreurs de jeunesse d'un garçon devenu tricheur (il trafique son carnet de notes...) et surtout d'une mère qui peine à dire son affection. Mêlant de manière assez fluide deux genres, le documentaire et le dessin animé, le film est un objet étrange, dont la fluidité des parties animées reste assez rudimentaire, mais qui, à l'image d'un journal intime, dévoile une touchante perception du monde.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire