Bannière Festival de San Sebastian 2021

LES CONTES DE TERREMER

Un film de Goro Miyazaki
Avec les voix de Junichi Okada, Jun Fubuki...

Un voyage beau et rythmé, mais qui manque un peu de poésie

Un jeune prince assassine son père, avant de s’enfuir dans la campagne, où il sera recueilli par un mystérieux magicien…

Après les nombreux chefs d'oeuvre réalisés par son père Hayao ("Le château ambulant", "Princesse Mononoké", "Le voyage de Chihiro"...), il allait forcément être difficile pour Miyazaki fils de supporter la comparaison. Cependant, sa première réalisation ne démérite pas, surtout dans les domaines de l'action et de l'esthétique. Au niveau graphisme, son film ressemble énormément à ceux de son père l'aspect tordu et foisonnant de certains décors en moins. Et le récit impose un rythme soutenu à cette épopée de près de deux heures, qui mènera ses héros vers un affrontement final avec une sorcière en quête de vie éternelle dans un château complexe, propice à des "prises de vues" audacieuses. Le garçon a été à bonne école.

Avec cette histoire tirée d'un classique de l'héroïc fantsay, Goro Miyazaki était forcément plus contraint au niveau imaginaire, devant s'inscrire dans certains codes qui semblent avoir freiné son aspiration à une certaine poésie ou à un minimum d'humour. Ces derniers ingrédients auraient permis un certain équilibre qui manque un peu ici. On suit quand même avec beaucoup de plaisir ses personnages dans leur quête d'identité et leurs multiples combats, accompagnés d'une toujours sublime musique qui sied fort bien au côté contemplatif du film. Un fils à suivre.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire