Banniere_Festival_Lumiere_2020

CLONES

Un film de Jonathan Mostow

Insipide et convenu

Les hommes ont trouvé le moyen de vivre par procuration via des cyborgs qu’ils commandent depuis leurs domiciles. Ces « clones », comme ils sont appelés, permettent aux humains d’exécuter toutes les tâches pénibles de la vie courante ou même d’éviter de prendre un quelconque risque avec leur petite personne. Un jour, pourtant, plusieurs adeptes de ces machines vont se voir griller le cerveau suite à de mystérieuses attaques envers leurs clones…

Le générique vous fera certainement penser à "District 9", le reste rappelle fortement l'infâme "Ultimate Game" avec des relents du médiocre "Terminator 3", le précédent film du réalisateur. Cela dit, on évitera de blâmer Mostow sur ces références étant donné que son film est une adaptation d'un roman graphique bien plus vieux que tous ces longs-métrages. Cependant, on peut dire que "Clones" sort au mauvais moment puisque deux de ces références sont sorties il y a à peine plus d'un mois et le film souffre inévitablement de la comparaison.

En tant qu'œuvre d'anticipation, "Clones" ne va pas très loin sur le fond. Mostow se contente d'être ennuyeusement lisse et ne profite pas du sujet pour émettre une critique ou une remise en question des idées préconçues de notre société. Alors, si vous cherchez un excellent divertissement pour réfléchir sur la condition humaine et ses excès grâce à ce film, passez votre chemin, et remettez-vous devant "Matrix" ou même ces bons vieux "Blade Runner" et "Terminator 2", pour rester dans le même registre.

Au niveau de la cohérence du scénario, ce n'est pas vraiment ça non plus. Sans parler des multiples et exaspérants raccourcis scénaristiques spécialement conçus pour "ne pas se casser la tête", qui font que la crédibilité de l'univers est sérieusement mise à mal. D'autant que le postulat de départ expliquant que l'existence des robots a considérablement réduit le crime fait sourire lorsque l'on se rend compte qu'ils s'agit d'avatars contrôlés à distance à la manière des joueurs vicieux de "Ultimate Game". Il ne s'agit clairement pas de l'univers d'"I-Robot" et la tendance aurait logiquement été à l'excès de violence, sorte d'exutoire pour toute la population qui vit une existence virtuelle. Encore une fois, malgré des thèmes intéressants, tout cela reste très consensuel.

Que dire du reste? Les effets spéciaux sont plutôt médiocres et Mostow n'impressionne pas, même si sa mise en scène des séquences d'action/poursuite est assez efficace. Les acteurs sont aussi insipides que les robots qu'ils jouent, même lorsqu'ils sont sensés interpréter leurs alter-égos humains. Il est clair que Bruce Willis, qui n'a pas réussit à incarner de grands rôles depuis déjà quelques années, ne va pas relancer sa carrière avec ce film inoffensif.

Alexandre RomanazziEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire