Banniere_CANNES-2019

CARICATURISTES - FANTASSINS DE LA DEMOCRATIE

Mais vous n’aurez pas… leur liberté de pensée !

Guidé par Plantu, dessinateur de presse et caricaturiste français au journal Le Monde, ce documentaire nous emmène dans 12 pays à la rencontre de caricaturistes, qui, chaque jour, se battent pour conserver leur liberté d’expression et celle de la presse, face aux régimes politiques, économiques ou religieux, le plus souvent au péril de leur vie...

Qu’ils officient dans des journaux en France, en Russie, en Israël, en Algérie, en Tunisie, en Côte d’Ivoire ou en Chine, qu’ils soient des hommes ou des femmes, les dessinateurs de presse, comme les journalistes, font quotidiennement face à des pressions, le plus souvent politiques, et reçoivent pour certains des menaces de mort. Leur seul tort : illustrer l’actualité avec humour, cynisme, et toujours de manière incisive pour éveiller les consciences sur certains scandales, déroutes ou manipulations.

Selon les pays, leur travail est foncièrement différent. En Afrique noire, par exemple, l'enjeu pour ces caricaturistes est de faire comprendre à une population pas toujours lettrée les événements politiques du pays. En Tunisie, c’est un moyen de dénoncer l’absurdité de certaines lois que les extrémistes (ou « barbus ») souhaitent faire appliquer. En Russie, il s’agit de montrer les manipulations de Poutine et, aux Etats-Unis, de dénoncer la politique de W. Bush... Quel que soit le pays et le régime politique en place, les dessinateurs de presse vivent tous avec une épée de Damoclès sur la tête. Pour preuve, le terrible exemple d’Ali Ferzat, caricaturiste syrien, qui fut kidnappé, tabassé et à qui on a brisé les doigts pour qu’il arrête de dessiner…

Tout comme les mots, le dessin est une arme qui fait passer des messages très forts à une population. Et d’autant plus dans un contexte de montée de l’extrémisme et de totalitarisme partout dans le monde. C’est le message qui est porté par tous ces artistes.

Au-delà de l'aspect militant du documentaire, celui-ci a une narration très fluide, jamais répétitive, alors que la présentation des 12 caricaturistes aurait pu l’être (chacun présentant son travail, le contexte de son pays et les menaces qui sont exercées sur eux). On se laisse emporter par chaque dessin et, surtout, par la personnalité de ces fantassins de la démocratie qui, chaque jour, combattent un peu plus les pouvoirs en place, à la force de leur crayon. Ils rappellent tous, à juste titre, que leur premier ennemi est le politiquement correct et la limite qu’ils s’autorisent ou non à franchir. Mais aussi qu’"un gouvernement sans humour n’est pas une démocratie". On retiendra aussi qu’une association internationale de dessinateurs de presse, Cartooning for peace, a vu le jour en 2006 à l’initiative de Plantu et Kofi Annan (à l’époque secrétaire général de l’ONU), pour montrer un front uni entre membres d’une profession fragile. Véritable pamphlet sur la fragilité de la démocratie et le courage dont ses farouches défenseurs doivent faire preuve, « Caricaturistes – fantassins de la démocratie » est un incroyable documentaire militant, fascinant et passionnant.

Veronique LopesEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire