Banniere Festival d'Annecy 2024

CAILLOU, CHOU, HIBOU

Apprendre à vivre avec les autres

Un recueil de courts métrages animés qui permet de découvrir cinq histoires : Un lézard solitaire qui aime cuisiner mais n’a personne à qui servir ses repas. Le poème d’une jeune fille triste qui découvre comment appréhender cette émotion. Un enfant avec une cape de super-héros qui vient réconforter un château d’eau en pleurs qui souffre de ne pas être un vrai bâtiment. Un spectacle de maternelle où rien ne se passera comme prévu. Une grenouille bleue qui arrive dans une école de lapins et qui se sent perdue dans ce monde dont elle ne maîtrise pas les codes…

Caillou, Chou, Hibour film animation animated short movies

Ces cinq histoires, de moins de dix minutes chacune, format parfait pour que le jeune public ne décroche pas, forment une séance idéale pour émerveiller l’esprit des petits. Ce sont des films d’animation exigeants et enchanteurs. Mais l’animation de ces cinq courts-métrages n’est pas celle des dessins animés du midi, chaque court métrage utilise une technique différente (marionnettes, 2D par ordinateur, papier découpé...), autant de formes variées qui sauront stimuler l’imaginaire des petits. Ici on essaye ainsi des animations différentes, et comme les enfants n’ont pas d’attentes esthétiques spécifiques, alors on ose ! Par exemple, quoi de mieux que la couleur bleue pour symboliser la tristesse, accompagnée de traits blancs, vite dégrossis, qui se forment et se déforment, pour exprimer la houle dans laquelle nous emportent nos moments de tristesse. Une manière paisible, pour les enfants, d’aborder les moments les plus durs.

Les thèmes sont divers et veulent donner le meilleur aux enfants. Ainsi, avec "La Soupe de Franzy" (8mn30), "Quand je suis triste" (6mn40), "Théo le château d’eau" (8mn30), "Le Spectacle de maternelle" (8mn) et "Un caillou dans la chaussure" (11mn28), ce n’est pas un simple divertissement auquel on assiste, on veut aider les petits à grandir un peu. On leur parlera de partage, de déprime et tristesse, de racisme et d’acceptation de l’autre, et on affirmera que l’erreur n’est pas grave et peut se révéler agréable et créatrice. Une exigence qui n’aura pas perdu les enfants en route, en attestent leurs réactions joyeuses en salle. En somme, une séance parfait pour la rentrée scolaire, qui les aidera à comprendre ce que signifie vivre avec les autres.

Yvan CoudronEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire