Parce qu'on en a jamais assez !

CAFE LUMIERE

Un film de Hou Hsiao-Hsien

Hou Hsia Hsien retourne à ses nombreux travers

Yoko, jeune journaliste, est de retour de Taïwan. Elle rend visite à Hajime, qui tient une boutique dans le quartier des bouquinistes de Tokyo, et qui est secrètement amoureux d'elle. Pour la fête d'Obon, elle rend visite à son père, et confie à la nouvelle épouse de celui-ci qu'elle est enceinte…

Après une éclaircie dans le paysage abscond de son œuvre, avec le très coloré Millenium Mambo, Hou Hsia Hsien retourne aux films compliqués et quasi illisibles qui caractérise son travail lorsqu'il traite du contemporain. Ainsi, il est bien difficile de comprendre les différences de lieu, qui jalonnent le film, comme les tenants et les aboutissants de cette histoire sans fin, et finalement sans grand intérêt.

L'auteur a en effet bien du mal à insuffler toute dramatique à son histoire, qui ne relève finalement d'aucune logique, ni étude de mœurs, ni histoire intimiste. On s'ennui donc ferme, face à cette jeune femme qui fait des recherches en arpentant des cafés aux décors certes sympathiques. A vrai dire, à aucun moment le réalisateur ne nous intéresse, excluant d'emblée le spectateur des recherches en question, et se moquant carrément de lui lorsque tout à coup, il décide de mettre fin à son récit. Un film inutile et extrêmement pénible.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire