Parce qu'on en a jamais assez !

BRIMSTONE

Un film de Martin Koolhoven

Un impressionnant western hollandais

À la fin du XIXe siècle dans un petit village de l'Ouest américain, Liz, muette, la vingtaine, voit débarquer un révérend sinistre et particulièrement austère. Rapidement, elle sent menacée par la présence de cet homme, qu'elle semble connaître...

Découvert en compétition au Festival de Venise 2016, "Brimstone" est un western signé du Hollandais Martin Koolhoven, qui n'a aucun rapport avec son homonyme de 1949. Loin de la poursuite de voleurs de bétail qui faisait l'intrigue principale de celui-ci, le film de 2016 est l'histoire d'une femme avec deux enfants, persécutée par un révérend fraîchement débarqué dans son village. Flirtant avec le fantastique, "Brimstone" est un brillant exercice de mise en tension, mettant le spectateur dans un état de stress permanent, à l'image de l'héroïne du film, en permanence traquée par ce mystérieux personnage.

Divisée en quatre parties aux temporalités différentes (et aux titres évocateurs : Exode, Génèse, Punition...), constituant chacune une histoire à part entière (d'où une durée nécessaire de 2h30) cette descente aux enfers met nos nerfs à rude épreuve, tout en titillant la rétine par des plans aussi superbes qu'inquiétants (la vue zénithale présentant le chapeau noir du révérend au milieu d'un champs immense...). Les paysages et décors sont pour beaucoup dans l'ambiance oppressante qui nous envahit peu à peu, jusqu'à constituer dans la 4eme partie, au coeur d'un brouillard épais, l'évocation de probables portes de l'enfer. Par d’habiles mises en parallèles ou de multiples scènes choc, l'horreur s'installe peu à peu, mettant en évidence la domination machiste dans un monde où la confusion entre volonté de Dieu et pulsions masculines se confondent aisément.

Il est donc question ici de vengeance et de damnation dans un récit complexe qui prête flan aux accès de violence montrés ici de manière aussi stylisée que frontale. Une œuvre passionnelle, foudroyante, qui donne à voir la rude condition de la femme, mais n'évite certes pas quelques excès grand-guignolesques. Il n'en reste pas moins que "Brimstone", tout en ménageant un suspense de chaque instant, par un scénario malin qui réussit une percutante boucle temporelle, et en marquant durablement par la composition graphique et l'utilisation tranchée des couleurs, parvient à faire son effet : nous faire tout simplement frémir.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

COMMENTAIRES

Véro

mercredi 10 juillet - 6h24

Rarement touchée, bouleversée par un film...
Mais celui ci a su le faire.
Sadisme/pedophilie/mal traitance et j’en passe..
On a une haine contre le/les méchants, juste envie de sauver Lizz!
J’ai retenu mes larmes durant tout le film, mais à la fin j’en ai pleuré durant 15minutes!
Bravo au réalisateur et au acteurs!

Laisser un commentaire