avec ou sans moustache

BLACK

West Side Story bruxellois

Marwan est adepte du vol à la tire, dérobant des sacs sur le siège passager en brisant des vitres. Même si les flics bruxellois sont après son gang, les 10-80, ils en parviennent que rarement à les coincer. Un beau jour, il fait la connaissance Mavela, une jeune black, qui vient d’intégrer le gang des Black Bronx…

Deux réalisateurs flamands d'origine marocaine nous livrent une sorte de variante de "West Side Story" dans les rues d'un Bruxelles multilingue. Présenté au Festival de Toronto en 2015, le film sort chez nous finalement directement en E-cinema en période très chargée de la fête du cinéma. Adaptation du livre éponyme signé Dirk Bracke (2008), c'est à l'affrontement progressif entre deux bandes rivales (voire même trois au final, en conquête de territoires pour la revente de drogue), que nous convient des metteurs en scène efficaces dans les scènes d'action, comme dans les moments urbains plus contemplatifs.

On est surpris par le dynamisme de l'ensemble et par l'angoisse que leur style impose par moments, dans des fulgurances de violence dont on pressent l'arrivée. Après des premières images très suggestives du drame qui se nouera plus tard, le film part dans la description de faits mineurs classiques, pour mieux monter crescendo en tension avec un double niveau d'enjeux : d'un côté l'immersion dans des trafics d'adultes aux sommes vertigineuses, de l'autre l'amour interdit entre une black et un beur. Saluons la prestation de la jeune Martha Canga Antonio, épatante dans son rôle de femme-enfant dépassée par les événements, et le caractère pédagogique du film sur l'endoctrinement et ses dangers. Nous n’oublierons pas non plus la superbe adaptation de la chanson d'Amy Winehouse, « Back to Black » qui sied fort bien à l'ambiance du film.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire