Festival de Venise 2019 banniere

BEYOND CLUELESS

Un film de Charlie Lyne

200 bonnes raisons d’aimer le teen-movie

Narré par l’actrice Fairuza Balk et centré sur la période allant de 1995 à 2004, ce documentaire constitue une étude approfondie d’un genre très populaire, le « teen-movie », à travers le contenu de plus de 200 films modernes…

Il faudrait être de mauvaise foi pour ne pas reconnaître au teen-movie une richesse thématique et une importance culturelle que peu d’autres genres ont su égaler. En effet, dans la majorité des cas, l’apparence d’une comédie paillarde pour puceaux décérébrés et biberonnés à l’humour pipi-caca s’est vite révélée être un leurre diabolique pour aborder de façon ludique et décomplexée les deux formes de « passages » relatifs à l’adolescence : celui « à l’acte » d’un côté, celui « à l’âge adulte » de l’autre. Et si l’émotion ne venait jamais à manquer dans ces films, c’est aussi bien parce que l’on se reconnaissait en partie dans ces héros, que parce que leur destinée éclairait quelque chose d’universel sur la fibre adolescente. Ceux qui sont sortis marqués à vie des films de John Hughes ou encore de l’excellent "SuperGrave" de Greg Mottola en savent sûrement quelque chose. Fan absolu du genre, le (très) jeune réalisateur Charlie Lyne signe aujourd’hui l’anthologie la plus complète du genre, avec un amour et une passion qui ne trompent personne.

Tout d’abord, ne pas se faire de fausse illusion sur la forme du film : "Beyond Clueless" n’est rien d’autre qu’une longue compilation d’extraits de teen-movies, décortiqués à travers la voix de l’actrice Fairuza Balk (vue dans "Dangereuse alliance") et chapitrés en cinq thèmes. Les thèmes sont les suivants : trouver sa place, s’émanciper, perdre ses repères, se mettre au pas, aller de l’avant. Ils disposent à chaque fois, un film précis qui sert d’exemple n°1 pour illustrer le thème en question. Là-dessus, première surprise, Lyne n’a pas forcément choisi les films les plus connus pour illustrer son propos : s’y croisent pêle-mêle Larry Clark ("Kids"), Gregg Araki ("The Doom Generation"), Victor Salva ("Jeepers Creepers"), Gus Van Sant (oui, "Elephant" est un teen-movie !), David Lynch (ben ouais quoi, et "Twin Peaks" alors ?), ainsi qu’un grand nombre de fleurons hilarants du genre ("Lolita malgré moi", "Elle est trop bien", "La main qui tue", "Eurotrip", "30 ans sinon rien", etc…). Avec de très jolies surprises par-ci par-là, la principale étant de reconnaître une grande majorité d’acteurs célèbres – forcément plus jeunes – dans des extraits de ces films.

On peut admettre que le montage du film est suffisamment malin pour réussir à englober tous ces films (200 au total !) en un tout cohérent, la voix off servant à merveille les transitions entre chaque extrait, tout en offrant un point de vue touchant et sincère sur un genre ostracisé à tort. Avec, au final, une phrase-synthèse résumant en tant que tel le propos de tout teen-movie : « Je peux être moi-même ». "Beyond Clueless" n’a cependant pas à être analysé, il doit simplement être suivi et appréhendé avec assez de curiosité pour que les a priori puissent fondre comme neige au soleil. Seule petite ombre au tableau : l’auteur de ces lignes enrage encore après visionnage de ne pas avoir aperçu à l’intérieur de ce documentaire, la moindre référence à "Breakfast Club" de John Hughes ou à "Pump up the volume" d’Allan Moyle (les deux meilleurs teen-movies jamais réalisés, et ça ne se discute pas !). Avis aux néophytes : en voilà deux autres à regarder, du coup…

Guillaume GasEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire