Banniere Festival Ciné O'Clock 2020

BAYALA

Pour les décors et les personnages secondaires

La reine des elfes noires a autrefois dérobé tous les œufs de dragons dont la magie irriguait les terres des différents royaumes elfes. Le « désèchement » a alors commencé. Mais un beau jour, la princesse Surah s’est évadée du château des ombres, pour rejoindre les elfes du soleil, aidée par quelques complices. Cinq ans plus tard, alors que l’on en a pas vu depuis très longtemps, celle-ci croise un dragon, dont le souffle semble redonner vie aux plantes…

Bayala, la magie des dragons film animation image

Ce dessin animé germano luxembourgeois est clairement ciblé pour les petites filles. Il faut dire que l’aspect « fée » des elfes est au cœur du graphisme, pas toujours très heureux, tant il multiplie les couleurs, tant au niveau des ailes ou tenues des elfes (comme il y a plusieurs royaumes, on a droit à toute une panoplie…) que des dragons eux-mêmes, aux coloris dominants clairement assignés : rose pour la fille, bleu pour le garçon. Ces dragons d’ailleurs ont plus quelque chose des Alebrijes (ce petites figurines de bois mexicaines païennes) que de la fantaisie usuelle type Tolkien.

Le scénario en soi n’aura rien de passionnant pour les adultes, mais cette histoire d’œuf pris pour un caillou, et dont le petit, sur le point d’éclore doit être ramené à la montagnes des dragons, pourra sans doute séduire les plus petits. Côté animation, l’ensemble n’est pas des plus fluides au niveau mouvements, mais l’introduction sous forme de légende contée en voix-off est plutôt élégante avec sa 2D à partir de rubans de couleurs, tandis que les décors du reste du métrages donneront de quoi stimuler l’imagination. Il en va de même des personnages secondaires, plutôt sympathiques, que sont l’oiseau et le raton laveur, qui amuseront les petits et arracheront quelques sourires aux parents.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire