Parce qu'on en a jamais assez !

AVRIL

Un film de
Avec

Découverte du monde

Avec son premier long métrage, l'auteur très remarqué de "Peau de vache" et "La chatte andalouse" continue d'explorer le monde de la découverte, de l'autre comme des sens. Le choix de Sophie Quinton ("Qui a tué Bambi?") en bonne soeur à la fois naïve et curieuse, s'avère judicieux tant l'actrice sait traduire avec sobriété, étonnement de la découverte et force de la foi. Sans fioriture, Gérald Hustache Mathieu la plonge dans un monde lumineux où rires et moments de joies côtoient des moments plus difficiles, mais finalement tout aussi simples. Sa vision du monde peut paraître simpliste, mais se révèle surtout généreuse en émerveillement quotidien.

Du coup le spectateur se retrouve face à un objet semblant décrire un autre âge, où tout était facile. Car le trio d'hommes, entre un Duvauchelle masculin en diable mais délicat et le duo d'amants Sibony / Valls, ne se dépareille jamais d'une honnêteté affichée. Si le secrets de familles y sont pesants, rien n'est jamais joué, et chacun à l'occasion de construire quelque chose. Et même l'austérité supposée du couvent n'est finalement que douceur bucolique, si l'on exclue la présence de la nauséabonde mère supérieure. Celle-ci a cependant, sur la fin, un geste que l'on a finalement du mal à comprendre ou à concevoir dans le canevas généreux jusqu'ici tressé. Ce qui laisse au final, perplexe, mais curieux de l'avenir de ce cinéaste prometteur.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire