Festival de Venise 2019 banniere

AU PREMIER REGARD

Un film de Danial Ribeiro

Un beau regard sur un adolescent aveugle et différent

Leonardo est un adolescent de 16 ans, aveugle, et désireux de disposer d'un peu de liberté. Pour cela, aidé de sa meilleure amie, il prépare un échange linguistique, lui permettant de partir dans un autre pays. Mais le changement tant espéré viendra de l'arrivée dans sa vie d'un nouvel élève de sa classe, Gabriel, qui deviendra vite un ami complice...

Récompensé par le Teddy award 2014 du meilleur film de fiction au Festival de Berlin, "The Way He Looks" est un film brésilien qui été étrangement rebaptisé "Au premier regard" en français. Le regard, c'est justement ce dont ne dispose pas Leonardo, ou tout au moins, lui, aveugle, est incapable de percevoir l'enveloppe extérieure des autres par la vue, finissant par se demander lui-même comment les autres jugent son apparence physique. Du coup, Leonardo s'imagine d'autres manières de percevoir les autres. Alors que dans la première scène, au bord de la piscine avec sa meilleure amie, il disserte sur l'importance du premier baiser, c'est quelques plans plus tard dans l'intimité de sa douche, qu'il s'exerce à embrasser la vitre.

Histoire d'éveil personnel et d'amitiés adolescentes, "Au premier regard" touche par la sincérité de son propos et la justesse de son casting, la plupart des jeunes gravitant autour de Leonardo jetant sur lui un regard bienveillant, loin de l'inquiétude permanente qui anime les adultes (ses parents). Si les figures des brimades ou des mauvaises blagues sont forcément au rendez-vous, elles ne font pas basculer le film dans le drame, même si la scène de la fête n'est pas sans conséquences. Reste que la complicité entre les deux jeunes (la très belle scène où Gabriel emmène Leo au cinéma et lui décrit ce qu'il voit...), et le désir de liberté qui émane du personnage de Leonardo font d'"Au premier regard" un film optimiste et revendicatif quant à la différence.

Car pour Leonardo, la succession de quêtes de nouvelles découvertes (l'alcool, le premier baiser...), et sa douce rébellion face à une amie trop proche et à des parents trop protecteurs, ne sont rien d'autre que l'exigence légitime d'être considéré comme une personne normale. Étonnamment lumineux, par son aspect revendicatif et positif comme par sa superbe photo, le film est aussi profondément sensoriel, permettant au spectateur d'accompagner ce jeune adulte en devenir, dont le caractère volontaire rend admiratif. Définitivement touchant.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire