Parce qu'on en a jamais assez !

AILEEN, THE SELLING OF A SERIAL KILLER

Un film de Nick Broomfield

Eclairant

A la fin des annés 80, Aileen Wuornos est arrêtée, accusée du meurtre de nombreux hommes. Etrangement, une bigote locale décide d'adopter celle qui sera considérée comme la première tueuse en série, et lui propose les services d'un avocat « hors normes »…

A ceux qui ont vu le film Monster il y a six mois, et pour lequel Charlize Theron a obtenu l'oscar de la meilleure actrice, le personnage de Aileen Wuornos dira quelque chose. Car en effet, le film était le récit fictionnel de la vie de la tueuse en série, personnage réel à la vision de laquelle on mesure la qualité de la transformation physique de l'actrice. Mais revenons à ce documentaire, réalisé au début des années 90, et plus centré sur le business qu'a pu générer la meurtrière que sur elle-même.

Avec stupéfaction, l'on y découvre deux supposés manipulateurs, en la personne de la mère adoptive et de l'avocat – compositeur – chanteur. Leurs conseils en terme de plaidoirie sont en effet des plus douteux, et leur rapport à l'argent, profitant de l'histoire de leur « protégée », encore plus. Le tout est donc révoltant à souhait, et met même en lumière l'existence de tractations entre la police et des producteurs de cinéma concernant l'adaptation de la vie d'Aileen, avant même son arrestation ! La boucle est bouclée, et ne donne pas confiance en l'impartialité supposée de la justice et de ses enquêteurs ou représentants.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire