Festival de Venise 2019 banniere

L'AFFAIRE SK1

Affaire classée, au suivant !

Paris, 1991. Franck Magne, un jeune inspecteur, fait ses premiers pas à la Brigade Criminelle du 36 Quai des Orfèvres. Sa première enquête porte sur l’assassinat d’une jeune fille, et l’amène à étudier des dossiers similaires qu’il est le seul à connecter ensemble. Il est vite confronté à la réalité du travail d’enquêteur : le manque de moyens, les longs horaires, la bureaucratie… Obsédé par cette enquête pendant huit ans, il traquera ce tueur en série auquel personne ne croit, tandis que les victimes se multiplient et que les pistes se brouillent. Franck deviendra l’architecte de l’enquête la plus complexe et la plus vaste qu’ai jamais connue la police judiciaire française : l’affaire du « tueur de l’est parisien ». Il croisera aussi la route de Frédérique Pons, une avocate passionnée, décidée à comprendre le destin de l’homme qui se cache derrière cet assassin sans pitié…

Décidément, c’est la fête aux affaires criminelles ces derniers temps dans le cinéma français : à peu près une par mois, traitée sur pellicule avec plus ou moins d’ambition cinématographique, à tel point qu’il va désormais falloir relire la liste des précédentes émissions de Faites entrer l’accusé afin de cocher les affaires déjà traitées et prendre les paris sur celles qui restent. Un boulot d’enquêteur dont on s’acquitte avec un certain sourire. Mais du côté de l’activité du critique, la satisfaction est la même : la richesse de ces films-dossiers est souvent de susciter le vertige et la tension au travers d’un long travail d’investigation, afin que le recoupement d’indices contradictoires finisse par brouiller la vérité et devenir une définition du montage (et, par extension, de la mise en scène). Dans le genre, "JFK" d’Oliver Stone et "Zodiac" de David Fincher restent des modèles difficilement surpassables. Frédéric Tellier ne mange évidemment pas du même caviar, mais son exploration de l’affaire Guy Georges suit avec soin une recette qui a fait ses preuves depuis longtemps.

Premier parti pris : une narration double, tendue et captivante, qui joue sur l’alternance permanente entre deux époques afin de mettre en parallèle la recherche du tueur et son procès ultra médiatisé. Il y a là un choix narratif qui, en dépit d’une première demi-heure un tantinet brouillonne, révèle vite son objectif premier, d’ailleurs explicité de façon très lourde (donc inutile) dans la dernière scène : traquer le monstre d’un côté, traquer l’homme derrière le monstre de l’autre. La réussite du film vient du fait que Tellier entremêle avec brio les deux schémas narratifs, et ce au travers d’un scénario en tous points remarquable, aussi bien écrit qu’entièrement axé sur l’illustration d’une terrible parallaxe. D’un bout à l’autre, le suspense fonctionne tout aussi bien par la nervosité du découpage que par les choix de mise en scène (on retiendra surtout un très joli travail sur le son), ne laissant ainsi aucune minute de répit au spectateur durant deux heures qui foncent comme une fusée.

C’est en revanche du côté des apartés que Tellier tend à s’égarer dans du superflu et/ou de l’éculé, en particulier lorsqu’il s’attarde sur une banale excursion en mer des policiers ou sur les inévitables scènes de délaissement de sa vie familiale par le héros (Raphaël Personnaz, très bon). Des scènes dont on aurait pu se passer, heureusement contrebalancées par d’autres instants glaçants de tension, dont le sommet reste le face-à-face final entre le héros et Guy Georges (incarné par le sidérant Adama Niane). Dans ces moments-là se joue tout ce qui forme la matière la plus fascinante du scénario : l’incrédulité qui s’installe face à l’horreur, la peur qui s’inscrit sur les visages, le vertige qui naît d’un regard dont on ne sait pas ce qu’il peut sous-entendre, le désir de guetter l’être humain derrière le monstre à visage humain. En cela, "L’affaire SK1" tient en haleine autant qu’il glace le sang. Du coup, étant satisfait, on peut classer l’affaire.

Guillaume GasEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire