Banniere-Berlinale-2019

ABRACADABRA

Un film de Pablo Berger

Un tourbillon de sensations

Carmen est mariée avec Carlos, un fan de foot et conducteur de grues bas du front, gueulard et peu attentif. Lors d'un mariage où son cousin se produit en tant qu'hypnotiseur, Carlos qui le déteste, fait passer celui-ci pour un idiot en se portant volontaire et faisant semblant de s'endormir. Mais une fois à nouveau assis à sa place, alors qu'un air connu retenti sur le téléphone portable de sa voisine, un déclic soudain se produit...

Le moins que l'on puisse dire c'est que l'auteur espagnol Pablo Berger aime mettre en scène des histoires originales et composer des univers à part entière. Après avoir fait sensation début 2013 en adaptant "Blanche neige" en noir et blanc ("Blancanieves") à la manière d'un film muet, le voici qui nous propose un scénario aux multiples facettes, entre drame amoureux, comédie fantastique et thriller psychologique. Et le mélange fonctionne à merveille grâce à l'étrangeté de certaines situations ou personnages croisées, ajoutant au suspense ambiant et rendant au final l'improbable intrigue principale presque crédible, ou tout au moins désirable.

Car c'est bien avant tout du personnage de la femme que traite "Abracadabra", de ses désirs presque oubliés, de ses espoirs enfouis profond, de cet amour auquel elle a pratiquement renoncé, la faute à un homme dominé par la colère. La transformation du comportement de celui-ci est alors le vecteur de fantasmes et désirs qui pourraient bien reformer une envie de vie. Mais le scénario ahurissant signé Pablo Berger réservera bien des surprises, interrogeant à la fois la capacité à repartir sur de nouvelles bases et l'essence même du sentiment amoureux. Maribel Verdú excelle dans ce registre, entre incrédulité et espoirs renaissant, disséquant chacun des gestes de son bourrin de mari, pour mieux percevoir le réel changement.

Face à elle, Antonio de la Torre ("Que dios nos pardone", "Balada Triste") est une nouvelle fois impérial. L'aisance avec laquelle il passe de la colère à une tendre béatitude, de la frustration agressive au vide, impressionne. Mais ce sont finalement les personnages secondaires qui viendront ajouter à la sensation d'étrangeté de l'ensemble, du couple ayant recréé des pans entiers du catalogue Ikea, à l'agent immobilier dramaturge, en passant par le singe voleur de sandwich ou le professeur surtout intéressé par l'argent. Avec une maîtrise déconcertante, Pablo Berger enchaîne d'improbables scènes dignes de films d'horreur où le filmage rapproché des visages domine, avec des scènes de pure comédie. Se permettant des clins d'œils aussi bien à "L'Exorciste" qu'à "Taxi Driver" ou "La fièvre du samedi soir", "Abracadabra" est de ces films qui vous surprenent à chaque nouvelle scène, pour mieux vous égarer dans ses multiples pistes, ou vous émouvoir dans ses conclusions. Sans nul doute l'un des films à ne pas rater cet automne.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire