Festival de Venise 2019 banniere

ABEL

Un film de
Avec

Essai réussi pour Diego Luna

Alors qu'on le connaissait déjà pour sa carrière d'acteur, avec notamment "Y Tu Maman Tambien" d'Alfonso Cuaron, Diego Luna passe derrière la caméra avec un certain succès. Co-produit par son ami Gael Garcia Bernal ("Carnets de Voyage", "La science des rêves"), « Abel » est une petite histoire simple, pleine de fraicheur, de vie, qui traite pourtant de sujets difficiles (un enfant malade, la pauvreté, l'abandon paternel...), mais sans jamais tomber dans une lourdeur voyeuriste et dénonciatrice.

Le sujet, bien qu'abordé avec sérieux, est traité avec une sobriété enfantine et un aspect comique assez développé. Diego Luna ne cherche jamais à trop en faire, n'essayant pas de faire des plans compliqués, ni de demander à ses acteurs de fournir un jeu "oscarisable" (et lourd). Le petit Abel, même s'il se prend pour le père, reste un enfant et le sujet est traité tel quel. Le résultat permet donc d'étaler avec une légèreté certaine, certaines situations pour le moins dramatiques (un retour potentiel à l'hôpital qui plane tout le long du métrage, le retour du père, la relation fraternelle transformée en relation filiale, le contexte œdipien entre Abel et sa mère...).

Ajoutons à cela un petit duo d'enfants qui n'ont rien à envier à beaucoup d'acteurs tant leur jeu réussit à être à la fois plein de justesse et d'émotions. Relativement court (1h20), « Abel », ne tombe donc jamais ni dans l'excès, ni dans l'ennui et Diego Luna réussit, avec succès, à livrer une petite fable tragi-comique respectable et encourageante quand à l'avenir de l'acteur derrière la caméra.

Francois ReyEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire