Parce qu'on en a jamais assez !

ARTICLES

Venise 2018

Bilan VR : les jeux vidéos, escape games ou apparentés

BUDDY VR
de Chuck Chae
Compétition – Interactif
Prix de la meilleur interaction
Note : +2
Durée : 16mn environ

Plutôt tournée vers un public enfantin, "Buddy VR" s'avère une expérience interactive très sympathique. D'abord observateur dans un magasin de bonbons, le spectateur découvre les lieux, une petite fille teigneuse, et une souris chapardeuse. Après avoir aidé centre dernière a récupérer un bout de fromage, il se retrouve propulsé à son échelle, au milieu des sucreries. L'interaction se fait alors avec la souris, et vise notamment à attraper des objets, les lancer, écrire sur un carton, hocher la tête... avant que la petite fille ne vienne perturber la rencontre. Si tout n'est pas très intuitif, le voyage vaut tout de même la peine.

A DISCOVERY OF WITCHES : HIDING IN PLAIN SIGHT
de Kim-Leigh Pontin
Compétition – Interactif
Note +1
Durée : 10 à 15 mn selon le joueur

Adapté d'une série de Sky One, qui sera diffusée à partir de septembre (le trailer est disponible avant la séance), ce jeu vidéo dispose d'un casque et de poignées, permettant le déplacement et la saisie d'objets. On enquête donc ainsi dans une librairie, en suivant des lieux indiqués par de grosses flèches suspendues dans les airs, pour passer à l'étape suivante. Ne s'agissant que du début de l'expérience, qui laisse peu de temps pour s'habituer aux codes et indices, Le tout s'avère un peu complexe mais difficile du coup à juger, malgré des images de synthèse de qualité.

ÉCLIPSE
de Astruc Jonathan et Favre Aymeric
Compétition – Interactif
Note +4
Durée : environ 35mn (+ 15mn de préparation)

Ce jeu où chacun est équipé de capteurs aux pieds et aux mains, disposant ainsi de son avatar sous forme d'astronaute, se joue en deux équipes de deux. Il s'agit d'aller à la rencontre d'un vaisseau spatial abandonné, et pour deux personnes de l'explorer, alors que les deux autres restent dans le cockpit du premier vaisseau. Possibilité de dialoguer entre joueurs (directement ou par le biais d'une montre), indices à trouver, tâches à réaliser dans différents endroits (serre, cockpit, salle des machines, cryogénie...), tout celle relève d'un très bon escape-game.

KOBOLD
de Max Sacker et Ioulia Isserlis
Compétition – Interactif
Note +4
Durée : 20 à 25mn selon joueur

"Kobold" est un jeu vidéo sous forme d'exploration d'une maison où aurait disparu un enfant. Équipé d'un casque et de deux manettes, le joueur entre d'abord dans une pièce où se situent des indices liés à l'enquête : message vidéo, post-it collés sur le bord d'un écran d'ordinateur. Une manière rapide de comprendre quelques uns de ses objectifs, et de commencer ce jeu qui aura fait hurler et sursauter bon nombre de joueurs durant les 11 jours du festival. Alors que l'on pénètre dans la maison, il va falloir ouvrir des portes, éclairer des pièces condamnées, trouver un moyen de remettre la lumière, trouver une clé pour aller à l'étage ainsi qu'un moyen d'en sortir. Angoissant, le jeu commence dans le noir complet, le joueur n'éclairant que les endroits vers lesquels pointe sa lampe de poche... frissons garantis.

CROW : THE LEGEND
de Eric Darnell
Compétition – Linéaire
Note +2
Durée : 22mn

Proche du jeu vidéo, ce film, découvert au Festival d’Annecy 2018, permet à la fois d’être placé dans la position d’un observateur (au milieu d’animaux en forêt), puis de suivre un oiseau multicolor dans son vol (le fameux « Crow » du titre), le film gagnant alors en interaction, puisque qu’en tant qu’esprit de la forêt l’on dispose de mains sous formes de branches : possibilité de lancer des jets de lumière, des bourrasques de neige… ou de saisir le feu.

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur