Parce qu'on en a jamais assez !

ARTICLES

Venise 2018

Bilan VR : les expériences réellement sensorielle

MAKE NOISE
de May Abdalla
Compétition – Interactif
Note +2
Durée : 8mn

Cette expérience se vit à plusieurs (ici jusqu'à 4 personnes) et base son graphisme sur le bruit fait par les joueurs. Il évoque avec force paraboles graphiques, le combat des suffragettes pour gagner le droit de vote. Silhouettes en ruban, policiers tout en noir tels des géants, l'esthétique est originale et certains éléments sont créés (des statues) ou détruits (des objets) en fonction des cris des joueurs. L'attraction a en tous cas l'intérêt de faire communier les 4 joueurs autour des mêmes objectifs.

AWAVENA
de Lynette Wallworth
Compétition – Interactif
Note +3
Durée : 30mn

Voici une des expériences les plus intéressantes de cette édition 2018, à mi chemin entre le documentaire et l'exploration. Autour de l'histoire de la première femme chaman, le film, dans sa partie statique (vision à 360 degrés) montre les réticences des hommes et la lutte d'une femme Yawanawa (peuple d’Amazonie) pour obtenir ce rôle, tout en donnant à voir sa perception de la nature et des flux d'énergie. Il propose ensuite, debout, une promenade en forêt vierge, sous l'effet de substances, montrant une nature dessinée par des points mouvants et colorés, sur lesquels on peut agir par le souffle ou les gestes de mains. Une vraie expérience immersive et pédagogique.

4 FEET
(Metro Veinte: Cita Ciega)
de María Belén Poncio
Hors compétition – Biennale College – Linéaire
Note +2
Durée : 17mn

Le sujet central de "4 Feet", la première expérience sexuelle d'une jeune femme paralysée, est ici délicatement traité. Le spectateur, assis, est mis en position d'observateur, d'abord pour assister aux fantasmes de celle-ci, dans sa salle de bain, puis au centre de la table où il est témoin des remontrances de la mère, puis en alternance dans la chambre et sur un espace public devenu lieu de rendez-vous. Belle réflexion sur le regard et les paroles des autres, le film bénéficie aussi de jolis passages où l'animation vient se mêler aux images réelles, symbolisant principalement les moments de bien être.

LAST ONE STANDING VR
(Wu Zhu Zhi Cheng VR)
de Jiwen Wang et Yang Liu
Compétition – Linéaire
Note +3
Durée : 10mn

Immersion totale pour ce film d'animation à la "Ghost in The Shell", donnant dans l'anticipation. Vous êtes un prisonnier, libéré lors d'un transfert, et embarqué sur une moto volante par une femme, aidée par un petit robot. Commence alors un trip vertigineux dans les airs, puis dans les rues, d'une ville grouillante, où vous êtes poursuivi. Les effets de ralentis sont efficaces, et le siège sur vérins, dont le sol vibre, apporte des sensations telles que vous avez réellement l'impression d'avoir fait plusieurs piqués et loopings. Âmes sensibles s'abstenir.

UMAMI
de Landia Egal et Thomas Pons
Compétition – Interactif
Note +4
Durée : 15 mn

Accompagné d'un acteur habillé en gardien de prison, vous découvrez votre condition de condamné à mort et vous retrouvez interrogé sur l'assassinat de votre femme. Puis on vous fait endosser un costume orange, un casque VR et rentrer dans une pièce pour vivre un dernier repas qui devrait vous rafraîchir la mémoire. Les éléments d'un repas japonais sur table basse se succèdent alors, dévoilant quelques bribes de souvenirs avec des personnages de différentes tailles qui apparaissent à différents endroits. Visualisant vos mains via la caméra placée sur le casque, vous devrez manger à la main ou avec des baguettes, faire cuire des œufs et découper un poisson, accompagné des différentes odeurs correspondantes. Une expérience animée ludique et un peu stressante sur la fin.

X-RAY FASHION
Documentaire
de Francesco Carrozzini
Compétition – Linéaire
Note +4
Durée : 15 à 20mn

Du côté des documentaires, "X-Ray Fashion" fut certainement l'expérience la plus aboutie, alliant pédagogie, caractère ludique et sensations. Pieds nu sur un plateau vous voyez apparaître progressivement des chemins qui vous incitent à vous déplacer sur la station suivante. Là, vous pourrez voir une vidéo à 360 degrés, commentant l'impact écologique de l'industrie du textile (conditions de travail, pollution de l'eau, bruit des ateliers, montagnes de déchets...). Au fil du parcours vos sensations sont sollicités puisque vous marchez sur du coton ou vous retrouvez les pieds dans l'eau ou sur du béton. Une œuvre pertinente, exposant des chiffres ahurissants, dont on ressort avec plein d'interrogations.

THE HORRIFICALLY REAL VIRTUALITY
de Marie Jourdren
Compétition – Interactif
Note +3
Durée : environ 50mn

Ce spectacle-expérience se déroule en pratiquement 4 parties, dont les deux dernières en réalité virtuelle. Un groupe de 6 personnes est invité à rencontrer Ed Wood Junior, qui explique son projet, puis les entraine sur le plateau, où un homme en combinaison joue Bela Lugosi, et vous fait participer au tournage (tenir une caméra, déclencher les bruitages...). L'interaction est totale avec deux à quatre acteurs selon les moments, et l'on peut voir le résultat sur des moniteurs. Puis, une fois équipé, votre avatar vous représente en alien avec une soucoupe volante à la place des jambes. Vous passez alors dans une salle de cinéma puis finissez dans le film lui-même où vous pouvez interagir avec Bela Lugosi. Entre le théâtre et la VR, on saluera la qualité de l'interprétation, l'impressionnant dispositif, l'inventivité de l'ensemble, même si la fluidité des mouvements des mains des avatars demande encore quelques progrès techniques.

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur