affiche film

© Wild Bunch Distribution

ON THE MILKY ROAD

(Na mlečnom putu)


un film de Emir Kusturica

avec : Monica Bellucci, Emir Kusturica, Sloboda Micalovic, Predrag Manojlovic...

Un laitier traverse chaque jour la ligne de front, au péril de sa vie, pour faire ses livraisons. Il découvre alors l'existence d'une immigrée italienne, qui est promise en mariage à un militaire influent. Mais il ne peut s'empêcher de tomber amoureux...


3
Photo film

Amour en temps de guerre pour une fresque fantaisiste

Emir Kusturica nous revient enfin, après 8 ans d'absence (son dernier film de fiction "Promets-moi" avait été présenté à Cannes), avec une œuvre passée quelque peu inaperçue au Festival de Venise 2016. Il nous propose une œuvre inspirée par trois histoires vraies, situées respectivement en Yougoslavie, en Afghanistan, et en Bosnie. Mêlant ces trois improbables récits de guerre ou d'espionnage en un lieu unique où la nature est omniprésente, il livre un film au rythme effréné, dont la fraîcheur est indéniable.

Tourné en très grande partie à l'extérieur, "On the Milky Road" est avant tout une histoire d'amour contrarié, optimiste et désenchantée à la fois, qui donne un rôle fondamental aux animaux, tantôt perturbateurs tantôt complices, dans un contexte de guerre aux cessez le feu jamais respectés. Les scènes les plus violentes sont ainsi magnifiées par l’attitude de moutons, serpents, oies, qui font en sorte que la chance soit du côté d'un héros ordinaire, animé par sa flamme. Pourtant, si globalement la magie est bien au rendez-vous dans quelques scènes, telle l'ouverture avec les oies ensanglantées, la traversée du champ de mines, ou celle où l'ours a une épine dans le pied, elle disparaît étrangement en d'autres moments, comme lors du saut dans la cascade, ceci notamment faute de moyens minimums mis dans les effets spéciaux.

Si la poésie n'est jamais très loin, se permettant par moment de réécrire une histoire moins favorable au dessein du couple central, le film aurait certainement gagné avec un choix différent d'acteur principal. Se mettant lui même en scène dans un rôle d'amoureux malheureux, le réalisateur ne parvient pas à incarner de manière crédible l'élan de cet homme retrouvant une nouvelle jeunesse. Heureusement, Monica Bellucci apporte un contrepoint intéressant, parlant serbe, jouant d'un charme complice et ne reculant devant aucune scène physique (de nombreuses ont lieu sous l'eau). Reste une fantaisie globale, teintée d'amertume, que les fans de Kusturica apprécieront.

Donnez votre avis (0)

Partager cet article sur Facebook Twitter





LA BANDE ANNONCE