Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

Tony Leung Chiu-Wai

Interprète

Né le 27 juin 1962 à Hong Kong, Tony Leung Chiu-Wai a toujours manifesté un vif intérêt pour le spectacle et la comédie. Au début des années 80, il débute comme présentateur d’une émission pour enfants sur la chaîne hong-kongaise TVB, avant de décrocher des petits rôles dans de nombreux téléfilms.

Son talent d’improvisation et son physique avantageux lui permettent d’être repéré par des producteurs indépendants et de faire ses premiers pas dans des petits films d’auteur. Il se fait notamment remarquer en 1986 dans Love unto waste de Stanley Kwan (aux côtés de Chow Yun-Fat), puis dans Seven warriors de Samo Hung en 1989. Il quitte alors Hong Kong pour rejoindre Hou Hsiao Hsien sur le tournage de La Cité des douleurs, fresque somptueuse qui obtient le Lion d’or au festival de Venise.

Un acteur caméléon
Tony Leung Chiu-Wai devient un acteur très demandé. Jeune scribe dans Histoires de fantômes chinois 3 de Tsui Hark, flic infiltré dans A toute épreuve de John Woo, il excelle dans les rôles les plus contrastés, confirmant aux yeux du public asiatique ses multiples talents. Or c’est sa rencontre avec Wong Kar Wai, en 1991, qui détermine toute sa carrière. Leur collaboration débute avec Nos années sauvages, récit à la fois poétique et violent montrant le désarroi d’une jeunesse hong-kongaise mal dans sa peau. Tony Leung y dévoile une nouvelle facette de son jeu, sombre et mélancolique. Ce film marque aussi sa rencontre avec Maggie Cheung, actrice chinoise encore méconnue à l’époque, qu’il retrouvera par la suite dans quatre autres films.

La reconnaissance
Cette collaboration avec Wong Kar Wai se poursuit avec succès au travers de trois autres films emblématiques : Les Cendres du Temps, où il incarne un chevalier errant devenant progressivement aveugle, Chungking Express, pour lequel il reçoit le Prix du meilleur acteur au Festival du Film de Hong Kong et Happy Together, dans lequel son personnage d’homosexuel délaissé par son amant crève littéralement l’écran. Mais c’est surtout In the mood for love, certainement l’œuvre la plus esthétique et sensuelle de Wong Kar Wai, qui offre à Tony Leung sa consécration internationale. Ténébreux, hypnotisant, il sublime le film et remporte le prix d’interprétation au festival de Cannes 2000.

Une double carrière
En dépit de cette percée internationale, il reste un acteur très populaire dans son pays. Dans le polar à succès Infernal affairs d’Andrew Lau (2004), où il interprète un flic infiltré dans la mafia hong kongaise, il renoue avec le film noir et d’action. Son rôle est d’ailleurs repris trois ans plus tard par Leonardo Di Caprio dans Les Infiltrés, le remake réalisé par Martin Scorcese. Fidèle à ses débuts de carrière, il continue cependant de tourner dans de nombreuses séries B : films d’actions, histoires de fantômes, parodies…Il affiche ainsi dans son pays une image de polyvalence et de simplicité, alimentée par de nombreux rôles burlesques totalement méconnus des Français.

Extraits de filmographie :

Lust, caution (2008)de Ang Lee
Confession of pain (2006)de Wai Keung
Seoul raiders (2005)de Jingle Ma
2046 (2004)de Wong Kar-Wai
Infernal affairs (2004)de Andrew Lau
Hero (2003)de Zhang Yimou

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur

SA FILMOGRAPHIE SUR ABUS DE CINE

A JOUÉ DANS