Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

FIRST COW

Un film de Kelly Reichardt

Une comédie inattendue sur la Frontier

Un cuisinier accompagnant un groupe de pionniers découvre, alors qu’il recherche des champignons, un Chinois nu caché sous des branches, à proximité de leur campement. Le nourrissant un temps en secret, alors que celui-ci est poursuivi par des Russes, il finira par le croiser à nouveau dans une ville, lors d’une bagarre dans un saloon…

First Cow film

"First Cow", nouveau film de Kelly Reichardt ("Night Moves", "Wendy and Lucy", "La Dernière Piste"), est reparti étrangement bredouille du dernier Festival de Berlin, où il figurait pourtant parmi les favoris. Histoire d’amitié pleinement assumée (une citation ouvre d’ailleurs le film en ce sens), il s’agit en réalité d’une comédie, centrée sur la conquête de l’Ouest et en particulier la fièvre de l’or. Autour de la rencontre entre un cuisinier méprisé par ceux qu’il accompagne et un Chinois à l’esprit d’entrepreneur marqué, le scénario prend en effet un virage inattendu au bout de quelques dizaines de minutes, alors qu’ils cherchent de l’argent pour monter « un projet ».

Construit à la manière d’un conte, bouclant sur la scène du début (la découverte, de nos jours, des ossements de deux corps), le film devient une parabole sur l’utilisation de ressources limitées (ici le lait de la fameuse « première vache » du titre), l’appât du gain, la cupidité, l’ascension sociale et le besoin de sécurité qui va de pair avec une certaine richesse. Doté de deux interprètes convaincants, il recèle aussi de vrais moments de comédie, et conserve un ton plutôt léger jusque dans son ironique conclusion. À découvrir donc, pour le plaisir de la reconstitution d’un monde précaire et pour celui, tout simplement, d’être surpris.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire