Lindsay Lohan

Interprète

Bête noire des tabloïds américains à cause de son comportement autodestructeur et de sa passion pour les soirées arrosées et enfumées, la belle Lindsay Lohan n'a été jusqu'à présent jamais reconnue à sa juste valeur pour ses incroyables talents d'actrice. Une injustice que l'on se devait de réparer. Dont acte.

Née le 2 juillet 1986 à New York, Lindsay Lohan ne pouvait décemment pas ne pas entrer dans le milieu du showbiz. Fille aînée d'une mère danseuse et actrice, et d'un père également acteur, elle entame sa carrière dès l'âge de trois ans, enchaînant les spots publicitaires divers et variés.

Sa bouille malicieuse et ses talents la font rapidement repérer par l'écurie familiale de l'empire Disney, puisqu'elle se retrouve à l'affiche de l'inoffensif "La coccinelle revient", du sympathique "A nous quatre", dans lequel elle interprète le double-rôle de jumelles caractérielles, et que de l'excellent "Freaky Friday - Dans la peau de ma mère", où elle se retrouve à échanger son corps avec sa génitrice interprétée par la non moins excellente Jamie Lee Curtis. Un succès public et critique qui lui permet de porter sur ses frêles (et jolies) épaules l'épatante comédie "Lolita malgré moi", satire méchante et hilarante de la jeunesse américaine. Sa voix au timbre si particulier, de même que sa silhouette grandissante à la poitrine généreuse, font merveille, portant tous les regards sur cette jeune et talentueuse actrice.

Malheureusement, la jeune femme va tomber dans les pièges de la starification précoce, devenant la proie des paparazzis avides de chair fraîche, plus passionnés par les déboires alcoolisés et opiacés de Lindsay que par son travail d'actrice. Si on peut la repérer dans le plutôt bon "Mère-fille, mode d'emploi", avec Felicity Huffman et Jane Fonda, le testamentaire "The Last Show", dernier film du grand Robert Altman (elle y est la fille de Meryl Streep), ainsi que dans le médiocre "Chapitre 27", où elle excelle aux côtés d'un Jared Leto campant l'assassin de John Lennon, ses frasques personnelles l'empêchent d'accéder aux grands rôles auxquels elle aspire. Inédit un peu partout dans le monde entier, l'extraordinaire "I Know Who Killed Me" ne viendra pas changer la donne. Dans ce magnifique hommage aux gialli italiens, elle irradie l'écran de sa beauté insolente, créant un double rôle exigeant, sexy et fou qui marque les esprits et la rétine comme rarement.

Malheureusement, le film est un bide colossal aux États-Unis, et Lindsay Lohan récolte même le Razzy Award de la pire actrice de l'année (le film en ramasse huit, dont ceux du pire film et du pire réalisateur). De quoi être dégouté du métier, d'autant que plus aucun producteur ni réalisateur ne semble vouloir lui donner sa chance. Sans doute par peur du scandale, la jeune femme n'étant pas en odeur de sainteté à Hollywood. Il faudra toute la persévérance (et la lucidité !) du génial Robert Rodriguez pour que Lindsay retrouve un rôle à la hauteur de son charisme. La voix caverneuse et le corps provocateur, elle intègre le casting jouissif de son "Machete" foutraque et réjouissant, dans le rôle forcément culte de ‘The Sister’ : toute nue ou costumée en nonne, armée d'un pistolet mitrailleur, elle y fait une nouvelle fois des étincelles.

Un rôle en or, pour cette jeune comédienne déjà rodé au milieu du cinéma, qui la prédestinait tout justement au film de sa vie : le rôle principal de "Inferno", biographie sulfureuse de l'ex-porn star et accidentée de la vie Linda Lovelace (vedette de "Gorge profonde"), dont la vie en forme de chemin de croix pouvait convenir parfaitement à la belle Lindsay. Là, ses déboires judiciaires et son addiction extrême aux drogues auront eu raison de sa carrière : condamnée à la prison et à la désintoxication, Lindsay Lohan se voit évincé du projet, au profit de la plus disciplinée Malin Akerman ("Watchmen").

Certes, la jeune femme a encore le temps de revenir sur le devant de la scène, mais tout cela ne donne envie que d'une chose : s'armer d'une webcam et hurler en cœur "Leave Lindsay Alone !" Elle le mérite.

FILMOGRAPHIE
1998 A nous quatre / The Parent Trap
2003 Freaky Friday - Dans la peau de ma mère / Freaky Friday
2004 Journal intime d'une future star / Confessions of a Teenage Drama Queen
2004 Lolita malgré moi / Mean Girls
2005 La coccinelle revient / Herbie Fully Loaded
2006 The Last Show
2006 Lucky Girl / Just My Luck
2006 Bobby
2007 Chapitre 27 / Chapter 27
2007 Mère-fille, mode d'emploi / Georgia Rule
2007 I Know Who Killed Me
2009 En cloque mais pas trop / Labor Pains
2010 Machete

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur

SA FILMOGRAPHIE SUR ABUS DE CINE

A JOUÉ DANS