Banniere Festival de Berlin - Berlinale 2024

INTERVIEW

MON AMI ROBOT

Pablo Berger

réalisateur et scénariste

C’est sur la terrasse ensoleillée de l’hôtel Campanile que le réalisateur espagnol Pablo Berger, dont le quatrième long métrage, son premier d’animation, « Mon ami Robot » était présenté au Festival d’Annecy 2023 en compétition contrechamp (dont il remportera le grand prix quelques jours après) a accepté de nous recevoir en tête à tête. Une conversation en espagnol de vingtaine de minutes, autour d’une copie du roman graphique, qu’il a couru chercher dans sa chambre, pleine de bonne humeur et d’enseignements.

Entretien Interview Rencontre
© Wild Bunch Distribution

L’adaptation d’un roman graphique sans paroles

Journaliste :
Qu'est-ce qui vous a intéressé dans l'adaptation de ce roman graphique ?

Pablo Berger :
La première chose qui m'a intéressé, c'est qu'il n'y avait pas de paroles. Je collectionne les romans graphiques et les livres pour enfants sans paroles. C'est donc la première chose qui m'a attiré. J'avais lu que ce livre avait connu un grand succès aux États-Unis. Il a été tiré à plus de cent mille exemplaires. Mais ce qui m'a attiré, c'est quand j'ai commencé à le lire et qu'il m'a surpris au fur et à mesure que je tournais les pages... Je m'amusais, mais surtout j'arrivais à la fin et je trouvais une fin incroyable, dévastatrice, qui m'a profondément émue. Et c'était il y a plus de douze ans. Je l'ai lu en 2009, 2010. Je l'ai mis sur mon étagère Ikea Billy, avec tous les romans graphiques et j'ai fait "Blanche-Neige", j'ai fait "Abracadabra". Et après avoir procrastiné…

En tant que réalisateur, je me suis dit « qu'est-ce que je vais faire ». J'ai passé plusieurs semaines dans cet état d’interrogations. Et soudain, je suis allé vers mon étagère de romans graphiques, je l'ai regardé et je l'ai pris. Je l'ai relu et il m'a encore plus ému. Puis je me suis dit : « voilà un film » ! Mais je n'avais jamais pensé dans ma carrière que je ferais un film d'animation. J'aime l'animation, en tant que spectateur… je l'aime beaucoup. Et c'était la fin. J'ai fait ce film pour l'histoire. L'histoire me semblait si originale. Elle abordait un sujet que je voulais traiter en tant que réalisateur, à savoir l'amitié, la fragilité de l'amitié, comment surmonter la perte ? Le passage du temps, la mémoire… Il y avait quelque chose de thématique qui m'attirait en tant que réalisateur. Je me suis donc mis au travail.

L’amitié et la solitude urbaine

Journaliste :
Et il y a aussi un thème très fort, qui est la solitude urbaine…

Pablo Berger :
Sans aucun doute, la solitude. La solitude dans les grandes villes. C'est un thème très attrayant... J'ai vécu à New York pendant dix ans. Et évidemment, pendant mon séjour à New York, j'ai connu des moments d'euphorie, de bonheur. J'ai étudié le cinéma, mais j'ai aussi trouvé l'amour. J'ai connu le chagrin d'amour, j'ai connu la solitude. En tant qu'adulte, j'ai vécu beaucoup de situations. C'est pourquoi je m'identifie beaucoup au protagoniste, à Dog. Je dis toujours, j'ai l'habitude de dire que « je suis Dog ».

Cela ne s'est produit que pour deux de mes films, mon premier film, "Torremolinos 73". Je dis toujours que je suis le personnage de Javier Cámara, le personnage principal, Alfredo López. Et ici, oui, ici, je suis absolument Dog.

Journaliste :
Cela correspond pour vous à l’évidence puis au déclin de l'amitié ? C'est qu'on voit dans le film, qu'en même temps, c'est être fidèle à quelqu'un, même s'il fait d'autres choses sans vous, et qu'il faut savoir aussi laisser partir les gens. Finalement, c'est quelque chose de très proche de l'amour...

Pablo Berger :
(rires) Je pense que la frontière entre l'amour et l'amitié est très mince. Qu'est-ce que l'amour ? L'amour, c'est l'amitié plus le sexe, ou non ? Mais je pense que l'histoire de Robot et Dog parle d'amitié, mais surtout de relations et, selon le spectateur, il la verra comme une histoire d'amitié ou une histoire d'amour. Je pense que les enfants y verront une amitié, mais les adultes, probablement la grande majorité, y verront une histoire d'amour. Robot est la métaphore de l'ami ou du partenaire idéal. C'est quelqu'un qui est tout en générosité, qui se livre, tout en don. Et il y a là quelque chose qui relève de... la définition de l'amour idéal : « Donner sans rien attendre en retour ».

Une carte blanche pour un enrichissement nécessaire du matériau original

Journaliste :
Quelle liberté vous êtes-vous donné dans la réalisation de votre propre film, par rapport à l'histoire, aux personnages, ou à la construction du récit… ?

Pablo Berger :
J'ai eu la chance de rencontrer Sara Varon (l’autrice) à New York pour parler du projet et obtenir les droits. Je lui ai dit que j'aimais son roman graphique, que j'aimais le sujet, mais que je voulais me l'approprier. J'ai eu la chance qu'elle comprenne que la bande dessinée est une chose et que le cinéma en est une autre. Elle m'a donné carte blanche. Elle n'a pas participé au processus.

Mais elle était très satisfaite du scénario et de la façon dont nous allions modifier le livre pour le traduire en animation. Je vous ai montré les cases qui correspondent aux quinze premières minutes du film. Douze minutes du film, c'est une page. Nous avons respecté la conception des personnages, l'esprit. Nous avons fait un makover, sans doute, pour le transférer à l'animation, mais c'est vrai qu'il y a une différence fondamentale... Dans le roman graphique, ils vivent dans une grande ville américaine qui pourrait être New York. Mais nous avons fait de New York un autre protagoniste du film. C'était important pour moi, surtout parce que ma femme et moi, qui est ma plus proche collaboratrice, Yuko Arami (nous avons fait tous mes films ensemble...), nous avons vécu à New York pendant dix ans et c'était comme notre lettre d'amour. Il était important de faire une lettre d'amour à New York, à la ville que nous connaissions alors. C'est aussi l'un des éléments qui m'ont attiré dans l'histoire.

Ce qui est intéressant, c'est que j'avais déjà réalisé une adaptation d'un petit conte, "Blanche-Neige" J'avais gardé l'esprit de Blanche-Neige, mais je l'avais fait mien. Et là, c'était très similaire : j'ai gardé l'esprit et l'âme, j'ai respecté l'histoire de Sara Varon, mais j'ai dû créer de nouvelles séquences, de nouveaux personnages. Et contrairement à l'adaptation d'un roman au cinéma, où le réalisateur et scénariste, agit comme un monteur et doit en enlever, et pour laquelle le lecteur est toujours déçu, ici, c'est l'inverse : le roman graphique, il faut en mettre plus.

Je pense donc que le lecteur du roman graphique aimera le film, parce qu'il y a ce qui apparaît dans l'œuvre, dans le roman graphique, mais aussi beaucoup plus. Par exemple, si vous voyez la dernière séquence. Lors des dernières séquences, il y a ici trois pages. Et sans spoiler, il n'y a pas de rêve final. Et c'est trois pages. Nous avons dix minutes. Cela a donc été une expérience merveilleuse, de pouvoir conserver l'esprit, mais de pouvoir le faire mien. Ce qui est bien, c'est que Sara Varon m'a toujours soutenue et, comme je l'ai dit, elle m'a donné carte blanche.

L’émotion avec un humour noir sous-jacent comme trait d’union d’une œuvre

Journaliste :
En fin de compte, tout cela est une histoire qui alterne les moments de cruauté et les moments de bonheur. Vous diriez que c'est un point commun à votre œuvre ? Je pense notamment aux deux films précédents...

Pablo Berger :
Je pense que dans toutes mes histoires, l'élément d'émotion est permanent. Je pense que s'il y a un ADN dans mes films, c'est qu'il y a de l'émotion, de l'humour. Oui, il y a de l'humour noir. Il y a des surprises : j'aime que le spectateur ne sache pas ce qui va se passer. Il y a aussi beaucoup de musique. Et il y a toujours une histoire d'amour. Jusqu'à présent, je pense que tous mes films contiennent ces ingrédients.

Mais ici, le maître et la référence est toujours Chaplin. J'adore les films muets. C'est déjà mon deuxième film écrit en images et si l'on se souvient des grands films de Chaplin, il y en a un qui me vient à l'esprit et qui m'a beaucoup inspiré, "Les Lumières de la ville" ("City lights"). Il y a beaucoup d'émotion, il y a un élément sentimental et quand le sentimental devient trop fort, quand c'est trop sentimental... il faut asséner un « coup ».

Et en réalité, la vie est comme ça, la vie n'est ni un drame ni une comédie. Je pense que la tragicomédie est le genre parfait, celui qui représente le mieux la réalité. Et j'aime voir la vie à travers le prisme de l'humour. J'aime rire de moi-même. J'aime aussi ne pas me prendre au sérieux en tant que réalisateur. J'aime qu'il y ait un drame, mais qu'il y ait toujours une couche de légèreté en dessous, du début à la fin.

Des clins d’œil personnels et cinéphiles

Journaliste :
Vous avez donné votre propre nom à la société… (rires) J'ai bien remarqué cela... à la société qui a conçu Robot...

Pablo Berger :
(rias) Oui, mais c'est comme un message à Sara Varon, l'auteur du roman graphique. C'est-à-dire que la société du Robot est Berger Corp. Mais je rends aussi hommage à Sara Varon, j'ai appelé Dog : Dog Varon. En hommage à elle. Mais oui, dans le monde de l'animation, les artistes font aussi beaucoup d'hommages les uns aux autres, à eux-mêmes, des clins d'œil... Je sais que leurs noms ou leurs références apparaissent.

Par exemple, dans un de mes films, "Torremolinos 73", le mégaphone du protagoniste est très important. Eh bien, il apparaît ici dans le marché aux puces... Le film est donc rempli de petits hommages à soi-même. Et j'invite aussi les spectateurs qui viennent voir le film à trouver les dizaines de clins d'œil à l'histoire du cinéma... qu'il y a sur des films qui se passent à New York. Surtout, parce que c'est vrai qu'avant d'être spectateur, avant d'être réalisateur, je suis cinéphile et j'aime que mes films aient des petits clins d'œil à la cinéphilie.

Des éléments de la vie réelle, parfois personnels

Journaliste :
Je reviens sur le début du film. C’est comme ça que vous l’avez construit, comme vous le disiez tout à l'heure... ce sont deux pages pour quinze minutes de votre film (rires). Mais c'est très intéressant parce que, pour moi, dans cette partie, il y avait beaucoup de symboles de cette solitude urbaine... Je me souviens d'une image superposée sur l'écran de télévision... Et aussi quand tout ce qu'il voit autour de lui, ce sont des gens en couple...

Pablo Berger :
J'utilise ma vie, mon expérience, mes propres expériences, sans aucun doute. Je sais ce que c'est que de vivre dans une grande ville, dans un petit appartement... L'appartement de Dog s'inspire du plan de mon dernier appartement à New York. L'adresse exacte et que vous voyez à l'extérieur du bâtiment correspondaient à ma maison à New York. Qu'il s'agisse de références très personnelles, de la rue... J'ai donc vécu des choses que Dog a vécues, sans aucun doute. Je crois qu'à travers l'image, on peut dire beaucoup plus qu'avec des mots. Je n'ai pas eu besoin d'expliquer, je n'ai pas eu besoin que le personnage appelle un ami pour lui dire qu’il se sent seul, que sa vie est triste. Ce n'était pas nécessaire. Il suffisait de sortir une barquette du congélateur, de la mettre au micro-ondes, d'allumer la télé, de changer de chaîne, de s'ennuyer...

Journaliste :
Cannellonis au fromage

Pablo Berger :
Oui (rires). Ce qui était très intéressant avec le roman graphique, c'est que je voyais ici un squelette [montrant le roman graphique], et je voyais un personnage. Ici, le personnage n'est pas présenté comme étant seul. Le chien est comme en attente de quelque chose... J'avais besoin de cette toile de fond. La bande dessinée et le cinéma sont deux médias très différents. En tant que scénariste, et c'est ce que j'aime le plus dans ce que coûte l'écriture, je me suis dit : « wow, vous me donnez là un storyboard, vous me donnez là une structure que je dois remplir, et c'est ce dont j'avais besoin » ! Le défi : comment puis-je le faire ?

Le choix de la chanson qui sert d’heureux leitmotiv

Journaliste :
Comment avez-vous choisi la chanson "September" d'Earth Wind and Fire ?

Pablo Berger :
Très tôt dans le processus, lorsque j'ai écrit le scénario. Je me suis rendu compte que le roman graphique se déroule sur une année. Et ils ont mis août, septembre, octobre... Et dans les premières versions, même toutes les versions, du scénario, les mois apparaissaient. Je ne les ai supprimés qu'au montage, parce que c'était une sorte de rupture dans le rythme narratif du film. Mais dans le roman graphique et dans le scénario, ils apparaissaient... et lorsque vous arrivez en septembre, vous voyez soudain, comme c'est parfait, qu'après le mois de septembre, la chanson "September" apparaît.

Elle est donc devenue un leitmotiv, le leitmotiv du film : une chanson qui apparaît plusieurs fois dans le film. Et j'aime à penser que si nous cherchons un film qui a certaines analogies... un film que tout le monde connaît, qui est "Casablanca", nous savons tous quel est le thème principal du film. C'est toujours à travers ce thème que le couple aura toujours Paris. Je pense que les personnages de Bogart et Bergman, qui sont un peu similaires à Robot et Dog, auront toujours New York, et ils auront toujours "As time goes by"... Ici, dans ce cas, ils auront "September", qui sera leur chanson. Je pense donc que beaucoup de gens ont des histoires d'amour ou d'amitié, où un lieu, une chanson devient quelque chose qui les identifie. Et ici, il m'a semblé que le moment où j'ai trouvé cette chanson, c'était une clé.

Cannes, Annecy et l’avenir

Journaliste :
Avez-vous un autre projet ?

Pablo Berger :
Pour l'instant, pour tous mes films jusqu'à présent, ce que je fais toujours une fois que je les ai terminés, j'aime être comme la mère de l'artiste qui accompagne l'artiste. Je dois la soutenir. Je sens que j'ai besoin de le faire, de manière heureuse, car les films sortent dans le monde entier. Et j'aime accompagner mon film, dans différents pays, pour le présenter. J'ai donc un peu de temps.

J'ai plusieurs projets, plusieurs idées. Mais mes processus sont lents. Je n'ai pas encore, à mon avis, de projet défini, ni de délais, ni de calendrier. Dans un monde idéal, je fais un film tous les cinq ans.

Journaliste :
Ici (à Annecy), le film est présenté demain. Mais il a déjà été présenté o Cannes. Comment cela s'est-il passé ?

Pablo Berger :
A Cannes, l'accueil a été incroyable. Je me souviens parfaitement du moment où Thierry Frémaux a présenté le film. Il m'a demandé : « Pablo, tu es nerveux ? ». Je lui ai répondu : « pas du tout, je ne suis pas en compétition, c'est une sorte de recoin et je suis content ». « Et je suis ravi et excité à l'idée que cinq ans plus tard, je lui donne naissance à Cannes ». J'étais fou de joie. Et puis le premier jour du marché du film, le grand distributeur américain Neon, qui a acheté et distribué aux Etats-Unis toutes les Palmes d'Or, ou le dernier film d'animation qui a gagné ici "Flee", a acheté le film. Et qu’à la fin du festival, le film ait été vendu absolument dans le monde entier, imaginez la joie que j'ai eu. Je le porte depuis Cannes avec un sourire permanent et je dors dans mon lit et je suis comme ça. Ça ne peut pas être mieux, c'est comme ça. Très heureux.

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT