PIRATES DES CARAIBES 3

Un film de Gore Verbinski

Une grande réussite, moussaillon !

Tandis que nos héros partent à la recherche de Jack Sparrow aux confins des mers connues, le terrifiant Davy Jones écume les mers sous le contrôle de la compagnie maritime des indes orientales , en possession de son coeur. Le seul moyen de sauver la piraterie sera de réunir les 9 capitaines légendaires, mais un seul manque à l'appel, Sparrow!

Reprenant son fil conducteur là où le second épisode s'arrétait, le film se lance sur les chapeaux de roue, avec une intrigue qui emmène nos amis à Singapour. Même si la mission de cette épisode est de conclure (jusqu'au 4ème épisode ?) la saga, le scénario rajoute de nombreuses sous-intrigues qui se croisent et se décroisent en permanence, renforçant le côté instable des personnages, virant de bord selon leurs intérêts ou leurs sentiments. C'est à la fois une des qualités du film et un de ses défauts majeurs, car on a parfois l'impression que celui se perd dans des trahisons à gogo et que toutes ne seront pas soldées avant la fin, malgré les 3 heures de métrages.

Mais à ce défaut principal et unique, il faut opposer une fluidité scénaristique bien plus présente que dans le second film, avec des personnages plus charismatiques, plus exposés, soumis à des choix plus cornelliens ou tout simplement plus truculants ! D'ailleurs on perçoit ça ou là des refléxions sur le monde moderne, la peur de l'inconnu avec toutes les découvertes maritimes et donnant donc un sens à la vie de ces pirates, qui apparaissant comme les derniers héros mythologiques des mers ! C'est d'ailleurs un des autres aspects de lecture du film: une opposition entre la raison (les marins britanniques ) et la volonté presque magique des pirates, vestiges d'un monde en train de disparaître malgré lui.

L'aspect technique accompagne cette impression avec une image très humide, renforçant une mélancolie tout au long du film, et explosant dès le début dans une dure scène de pendaison ( on pend les enfants chez Disney maintenant ?) mais aussi pleine de magnétisme avec tous ces pirates qui se mettent à appeler à la révolte en chanson ! D'autre part (et fait très amusant) la réapparition du pirate le plus sexy de la planète se fait dans des conditions très étranges, où sa folie lui permet de déplacer des montagnes, ou plutôt des bateaux sur le sable. Une scène surréaliste en diable !

Mais ce film reste aussi une successions de moments de bravoure comme les américains savent en faire. Et sans l'apport des effets spéciaux rien ne serait possible, tant ils sont présents, visibles et magnifiques à la fois, amenant le spectateur à assister à des scènes dantesques vers la fin du métrage. Bien sûr les acteurs ne sont pas en reste, avec en tête Johnny Depp et son style inimitable. Une saga qui commença sur un film bassement « concept » et qui s'achève sur un grand film de pirates et d'aventures où les personnages hauts en couleurs explosent à l'écran et où l'imagination mythologique des scénaristes s'avère exceptionnelle. Une grande réussite, moussaillon !

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire