Banniere_Festival_Lumiere_2020

PIRATES DES CARAIBES : LA FONTAINE DE JOUVENCE

PIRATES !!!

Le célèbre Capitaine Jack Sparrow se trouve à Londes, condamné pour piraterie, alors qu’un usurpateur recrute un équipage afin de monter une expédition visant à doubler les Espagnols dans leur recherche de la Fontaine de jouvence.

De retour quatre ans après le troisième épisode, la franchise « Pirates des Caraïbes » se devait de sérieusement changer de cap sous peine de couler d’un point de vu artistique et qualitatif… Car financièrement parlant, les coffres du Capitaine Bruckheimer sont toujours remplis de pièces d’or ! Johnny Depp l’a dit lui-même : « L’histoire avait vraiment besoin d’être recentrée… pour éviter de s’éparpiller comme dans les deux épisodes précédents ». Les paroles de Depp, sur qui la franchise repose, ont-elles été écoutées ? La réponse en quelques lignes.

Le Capitaine Jack Sparrow (Depp, s’il est encore besoin de le préciser) et son rival Barbossa (Geoffrey Rush, tout en cabotinage… ce qui va bien pour ce genre de film) sont embarqués à la recherche de la célèbre Fontaine de jouvence. On reprend donc le récit légèrement après la fin de l’épisode précédent, enchaînant la recherche d’artefacts de la même façon que le faisait l’aventurier au fouet. Sparrow mène cette quête pour son compte et Barbossa pour le Roi d’Angleterre. Le problème est que tout le monde est la recherche de cette Fontaine, que ce soit le célèbre Barbe noir et sa délicieuse fille, Angelica (Penelope Cruz, belle mais inutile) ou bien encore la flotte espagnole. L’action y est non-stop, l’aventure aussi, mais hélas, les fantômes de la saga et leurs défauts (à l’exception du 1er épisode) sont encore là !

Trop d’intrigues viennent plomber l’histoire et la ralentir. Trop de personnages secondaires, à l’image de Philip (Sam Claflin) et la sirène Syrena (la magnifique française Astrid Berges-Frisbey), qui sont clairement introduits pour remplacer le couple Bloom/Knightley dans les épisodes suivants (oui, à ce jour, la saga devrait comporter sept épisodes) et qui viennent une fois de plus transformer un récit pourtant simple, en une histoire brouillonne. Il ne faut pas oublier que, toutes proportions gardées, cela reste un schwaschbuckle (film de pirates) et pas du Lynch.

Il est quand même toujours agréable de revoir épisode après épisode les personnages de Barbossa, Sparrow & compagnie. L’ensemble reste très agréable et Rob Marshall (« Nine »), que l’on n’attendait pas forcément sur ce type de film, se révèle être un meilleur réalisateur d’action que Gore Verbinski, ainsi qu’un meilleur gestionnaire des effets spéciaux. On attend toujours cependant que le père Bruckheimer appelle l’un de ses poulains aux commandes, comme Simon West par exemple, ou le retour du fils prodigue Michael Bay, lorsqu’il en aura terminé avec ses robots ! Avouez que Bay sur « Pirates des caraïbes » ça ferait un peu plus de vagues.

Bien au dessus des autres sagas des années 2000 (« Harry Potter », « Transformers »…), « Pirates des Caraïbes » sera donc le premier blockbuster de l’été à aller voir ! A l’abordage !

François ReyEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire