Bagniere comedies_confinement-04

HITMAN & BODYGUARD

Double A : Assez amusant

Michael Bryce a un job de rêve : il dirige la meilleure agence de gardes du corps d’Angleterre… jusqu’à ce qu’un de ses clients se fasse froidement abattre sous ses yeux… Il pourra de nouveau montrer de quoi il est capable grâce à une affaire ultra sensible : escorter un témoin jusqu’au tribunal de La Haye. Sauf qu’il découvre que cet homme est un ancien tueur à gages qu’il a lui-même déjà traqué…

Avec trois à quatre films par an ces derniers temps, Samuel L. Jackson se tisse une filmographie à bientôt inscrire au Guinness Book des records… ! On ne retiendra toutefois pas cette comédie d’action parmi les films inoubliables de l’acteur de "Pulp Fiction". Pourtant, l’histoire commence merveilleusement avec Michael Bryce, garde du corps au sommet de sa gloire, ou comme il aime tant se qualifier « triple A » ! Mais quand son client se fait descendre, c’est aussi la chute pour Michael qui se retrouve à protéger des chefs d’entreprise sous médocs avant de se voir confier une mission de la plus haute importance par son ex-copine d’Interpol : escorter une vieille connaissance à lui, qui est aussi un ancien ennemi, jusqu’à La Haye, le tribunal où est jugé un dictateur européen qui pourrait enfin tomber grâce au témoignage de ce premier. Mais une taupe au sein d’Interpol empêche que tout se déroule comme prévu. Le "hitman" (Samuel L. Jackson) et le "bodyguard" (Ryan Reynolds) ont devoir se serrer les coudes.

Le buddy movie américain par excellence est de retour avec une recette qui n’a jamais failli : un duo black and white gentil et méchant (vous devinerez jamais lequel est gentil ?!), soit deux as de la gâchette qui se connaissent, ne se supportent pas mais qui vont devoir faire équipe pour échapper à des bad guys de l’Europe de l’Est qui veulent leur peau. Ajoutez à ces ingrédients de base un savant mélange d’humour et d’action, des dialogues qui sonnent comme des punchlines souvent percutantes, une Salma Hayek dans un rôle de détenue qui en a dans le froc versus une codétenue qui fait dans le sien. Et vous obtenez un film parfait à voir entre potes en posant son cerveau à côté du canapé (non inutile d’aller au cinéma, les pop-corn se vendent aussi en supermarché).

Rien de neuf sous la pellicule de Patrick Hughes, qui avait précédemment mis en boîte "Expendables 3", si ça peut vous guider pour identifier le style de films qu’est "Hitman & bodyguard" (ça tire, ça explose, ça se bastonne), le supplément comédie et romantisme en plus. Et Salma Hayek les englobe tous les deux à elle seule. L’actrice de "Frida" et "Une nuit en enfer" est vraiment l’atout principal de ce film qui serait vraiment à ranger aux oubliettes si elle n’apparaissait pas aussi chevronnée ! Elle est l’élément picante qui sort de l’ordinaire, contrairement à d’autres personnages aussi mal écrits que mal joués : que vient faire là le pauvre Gary Oldman mono expressif tout comme Joaquim de Almeida en second d’Interpol que l’on voit venir à 10 km. L’histoire dépasse souvent la frontière de la crédibilité et frôle ainsi celle de la débilité… Mais comme ça fait rire la salle, le genre n’est pas prêt d’en rester là…

Mathieu PayanEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire