Bannière Festival de San Sebastian 2021

INTERVIEW

EMPREINTE DE L'ANGE (L')

Julien Courbey

Safy Nebbou (réalisateur) et Catherine Frot (actrice) laissent leurs empreintes sur abus de ciné et se confient sur leur film qui est sorti en salles le 13 août 2008.

Abusdeciné :
Après « Un monde à nous », sorti il y a peu sur nos écrans, avec un Edouard Baer paranoïaque, voi…

© Diaphana Films

Safy Nebbou (réalisateur) et Catherine Frot (actrice) laissent leurs empreintes sur abus de ciné et se confient sur leur film qui est sorti en salles le 13 août 2008.

Abusdeciné :
Après « Un monde à nous », sorti il y a peu sur nos écrans, avec un Edouard Baer paranoïaque, voici votre film qui sort sur le même thème : est-ce que le cinéma français est entré dans une paranoïa contagieuse ou bien il constate ce phénomène dans notre société ?

Safy Nebbou :
Je n’ai pas vu le film avec Edouard Baer, le sujet de mon film m’est venu dans une discussion avec un ami. Le début de cette histoire vraie survenue aux Etats-Unis m’avait beaucoup plu. De là est né 15 pages de scénario que j’ai fait lire à mon producteur Michel Saint-Jean.

Abusdeciné :
Comment un réalisateur et scénariste comme vous, trouvez vos thèmes de longs-métrages, comment procédez-vous ?

Safy Nebbou :
Je parle beaucoup, je lis la presse, je consulte Internet en frappant certains mots. Et puis je rêve de trouver une adaptation, donc je lis aussi beaucoup.

Journaliste :
Catherine, qu’est-ce qui vous a attiré dans ce personnage, très dense ?

Catherine Frot :
C’est une femme en difficulté, dont on ne sait pas ce qui va lui arriver et qui est une source de suspense. Elle est dans une bulle. Elle est inquiétante psychologiquement. Elle est seule contre tous avec une idée fixe infernale. J’ai vu en elle la possibilité de composer un portrait psychologique fort, c’était très intéressant à explorer.

Safy Nebbou :
J’avais envie qu’elle soit touchante, émouvante et flippante en même temps ! C’est une héroïne complexe, déroutante.

Journaliste :
Comment vous êtes-vous préparée à ce rôle ?

Catherine Frot :
Peu ! On s’est surtout vu avec Safy pour en parler de nombreuses fois. Il fallait que je trouve cette justesse, ce quelque chose qui touche les gens, une « note », un « état », une « couleur » qui soit juste.

Safy Nebbou :
Le but c’était de créer de la tension, un malaise. La musique du film contribue beaucoup d’ailleurs à cette ambiance. On a essayé de voir si on pouvait sortir un disque de musique du film, mais on s’est rendu compte que c’était inécoutable ! C’est tellement dramatique que ce serait une musique pour dépressifs !

Abusdeciné :
Catherine, c’était la première fois que vous travailliez avec Sandrine Bonnaire, comment s’est passée cette collaboration ?

Catherine Frot :
On était assez tendues toutes les deux. Il y avait beaucoup de tensions pour avancer de la même manière sur les rapports de nos personnages. Mais ça c’était pour le film, notre collaboration s’est très bien passée sur le tournage.

Abusdeciné :
Si vous deviez choisir entre comédie et drame, que choisiriez-vous ?

Catherine Frot :
J’ai besoin des deux, je ne peux me passer ni de comédies, ni de drames ! Pour ce rôle de « L’empreinte de l’ange », c’était bien entendu très différent de la comédie. J’avais besoin de beaucoup de concentration, j’étais entre l’abandon et la maîtrise…

Journaliste :
Safy, comment l’ensemble des comédiens sont-ils arrivés sur le film ?

Safy Nebbou :
Il n’y a pas eu de directeur de casting sur « L’empreinte de l’ange », ce qui est assez rare sur un long-métrage. Je les ai tous choisi ! Par contre, je ne pense pas à l’acteur tout de suite. C’est après, quand je regarde ma « short-list » des comédiens préférés que je compose le casting. Catherine Fort était en très bonne place dans ma liste ! Je suis très content du choix du couple Frot-Bonnaire.

Mathieu Payan Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT