Banniere Festival de Berlin - Berlinale 2024

VIVRE AVEC LES LOUPS

Un film pour désamorcer les tensions

Jean-Michel Bertrand constate qu’après le retour du loup dans les Alpes françaises depuis l’Italie, cette espèce territoriale va peu à peu étendre son territoire à toute la France. Il est donc nécessaire, pour la plupart des humains qu’il rencontre, de se préparer à cohabiter avec les loups…

Après "La Vallée des loups", où l'on suivait l'homme dans son obsession à voir réellement le loup, "Marche avec les loups", où il poursuivait la même dynamique de manière un peu trop auto-centrée, Jean-Michel Bertrand clôt sa trilogie en donnant la parole à de nombreux acteurs du territoire étant confrontés à la bête. "Vivre avec les loups" apparaît ainsi comme un documentaire ouvert, laissant la parole à des personnes conscientes comme lui qu'il va falloir cohabiter avec l'animal, qui n'a pas moins de droit à occuper les vallées et forêts que l'Homme. Une manière de dépassionner le débat, en laissant les extrémistes de côté, et n'évoquant leur discours borné ou haineux qu'à la marge, au travers d'extraits de reportages (parfois audio) et d'images de manifestations.

Le film se concentre ainsi non pas sur la négation stérile du droit du loup à exister, mais sur la manière dont les chasseurs, éleveurs, habitants, peuvent s'adapter à la présence de ce dernier. Les discours des uns et des autres sont ainsi plus mesurés, réfléchis, et le documentaire peut mettre en avant des pratiques (certes vécues parfois pour certaines comme un retour en arrière : utilisation de chiens, mise en place de clôtures électrifiées...) qui permettent la cohabitation sans drame. Confirmant l'attachement des éleveurs à leurs animaux, montrant l'impact des attaques sur le moral (certains sont moins idylliques dans leur approche au fil du récit...), contestant tout catastrophisme (les prétendues extinctions d'espèces annoncées par certains chasseurs, contrariés dans leurs pratiques du fait de proies plus alertes...), "Vivre avec loups" montre même des pratiques innovantes et des collaborations propres à réconcilier villes et campagnes.

On adhère forcément à la démarche, d'autant plus que le cinéaste s'aventure dans d'autres lieux que les Alpes, pour montrer à la fois que le loup s'étend déjà sur le territoire, mais aussi que des secteurs non encore concernés se préparent (les Vosges par exemple) au lieu de perdre du temps en une opposition simpliste. Au delà, des incursions à l'étranger (Italie, Suisse...) permettent de plus de montrer en quoi la vie sauvage peut aussi créer des revenus supplémentaires, et comment une vraie solidarité peut soulager certains éleveurs dans leur peur quotidienne de voir leurs troupeaux décimés. Au final, "Vivre avec les loups" est un film plus politique que les deux précédents, tâchant de mettre en avant solutions et collaborations pour vivre en paix avec une espèce qui semble déjà s'auto-réguler.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire