Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

RATATOUILLE

Un film de Brad Bird

Une vraie perle

Un petit rat adepte de la bonne chair, découvre qu’il vit en fait dans les égoûts de Paris. Intrépide, il se rend dans les cuisines de son chef préféré, récemment décédé, et devient secrètement l’aide d’un plongeur transformé malgré lui en apprenti cuisinier…

Les studios Pixar signent avec cette charmante histoire de rat voulant devenir cuistot, leur meilleur film avec « Le monde de Nemo ». Malgré quelques scènes un peu « tirées par les cheveux » (la façon dont le rat manipule le cuistot, à la manière d'une marionnette...) mais qui feront rire les plus petits (par des déhanchements hallucinants...), « Ratatouille » bénéficie d'un scénario d'enfer avec au menu, ode à la persévérence et à la créativité individuelle, couplet sur la malbouffe (le gros cousin mange vraiment n'importe quoi, même avec du plastique de dedans!) et petits coups de griffe à la critique, pour servir finalement un joli hommage à l'amour immodéré de la cuisine.

Comme d'habitude, les personnages sont tous plus captivants les uns que les autres. A commencer par le petit rat, attendrissant en diable, et son maladroit d'apprenti, lunaire et maladroit. Leur duo fonctionne à merveille, comme les manigance du nouveau chef, court sur pattes, et prêt à tout pour faire fructifier la marque dont il croit avoir hérité. Côté technique, le film est absolument magique, se permettant des mouvements de caméra de plus en plus complexes, ce qui donne lieu à des scènes d'une impressionante mobilité, dans cette cuisine de restaurant, comme lors de la poursuite chez la vieille dame, qui fournit une magnifique scène d'ouverture. Alors laissez vous tenter par cette alléchante potion, joyau du dessin animé, drôle, enlevée, et qui devrait aussi susciter des vocations par le succulant exposé qu'elle offre sur l'art culinaire.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire