Banniere Festival d'Annecy 2021

DOSSIERTop

TOP 5 FILMS PIXAR

Dernier volet de notre dossier consacré à Pixar, cette machine à rêve qui nous sert (presque) à chaque coup des longs métrages en forme de chefs-d’œuvre. Difficile donc d’établir un top 5 qui en laissera forcément certains sur la touche.

Mauvaise nouvelle : "Toy Story" n’apparaît pas dans le classement puisque le choix a été fait de ne pas considérer la trilogie comme un seul film ; ainsi l’éparpillement des votes pour les trois longs métrages a eu raison de son positionnement final (le troisième volet arrive 7e, tout juste suivi par le premier). Bonne nouvelle en guise de consolation : ce n’est pas cinq mais six films que distingue la rédaction, en plaçant ex-aequo – en cinquième position – "Monstres et Cie" et "Les Indestructibles". Découvrez ici le classement complet des meilleurs films du studio d’animation Pixar selon la rédaction d’Abus de Ciné.

5e ex-aequo // MONSTRES ET CIE
un film d'animation de Pete Docter
avec les voix de Billy Crystal, John Goodman, James Coburn...

Les monstres cachés dans les placards des chambres d’enfants sont, en réalité, employés par une usine du Pays des monstres pour collecter les cris de terreur de nos chères têtes blondes, source d'énergie vitale. Par mégarde, une enfant, dés lors considérée comme toxique, passe de l'autre côté de la porte...

C'est – comme toujours chez Pixar – le scénario, ou tout au moins son idée de base qui fait l'intérêt principal des films en images de synthèse. Oui, mais ici, on lorgne quand même un peu trop du côté de "Toy Story", notamment dans les scènes de poursuites ou de clownerie. Heureusement l'émotion est souvent présente, au travers des regards de Bouh et du monstre à poils bleus (Sully)… >> extraits de la critique d’Olivier Bachelard

5e ex-aequo // LES INDESTRUCTIBLES
un film d'animation de Brad Bird
avec les voix de Craig T. Nelson, Holly Hunter, Sarah Vowell, Brad Bird, Samuel L. Jackson...

Après avoir connus leur âge d'or, les super héros se sont rangés, absorbés par la société. La famille Parr a connu le même sort. Tous ses membres ont des super pouvoirs qu'ils ne doivent plus utiliser, même si la vie de tous les jours amène son lot d'imprévus. Un beau jour, cependant, un mystérieux message va amener les parents à reprendre du service, et cette fois ci accompagnés de leurs enfants…

Ce film, avant d'être une excellente comédie en image de synthèse, est avant tout une déclaration d'amour à un genre – le comic – et à ses principales figures – les super héros. Un film éblouissant par sa qualité graphique, technique et scénaristique, où la nostalgie côtoie l'action et où le plaisir des grands et des petits se complétera à travers des personnages haut en couleurs. >> extraits de la critique de Guillaume Bannier

© Gaumont Buena Vista International

4e // LE MONDE DE NEMO
un film d'animation de Andrew Stanton et Lee Unkrich
avec les voix de Albert Brooks, Ellen DeGeneres…

Marin et son épouse donnent naissance à toute une flopée d'ambrions qui auraient pu se transformer un jour en de jeunes poissons clowns s'ils n'avaient pas tous été dévorés avant éclosion. Tous sauf un : Nemo, que son père, devenu veuf, sur protégera, sans éviter pourtant qu'il soit capturé par un plongeur. Cet événement entraînera Marin rechercher de Némo, en compagnie de Dory, une femelle chirurgien bleu, souffrant d'amnésie…

L'imagination des scénaristes de chez Pixar est sans limites, projetant sur toute une galerie de sans grades des émotions humaines multiples, que même les adultes, pourtant a priori peu enclins à expérimenter des films sur des poissons qui parlent, finiront par intégrer. Les aventures de Nemo, dans son aquarium ou dans l'océan, sont passionnantes de par les rencontres qu'il effectue, et se révèlent sublimes à regarder. Ne boudez pas votre plaisir ! >> extraits de la critique d’Olivier Bachelard

© Walt Disney Studios Motion Pictures France

3e // WALL-E
un film d'animation de Andrew Stanton
avec les voix de Ben Burtt, Elissa Knight, Jeff Garlin, Fred Willard, John Ratzenberger, Sigourney Weaver...

Il y a 700 ans, l’humanité désertait notre planète en laissant aux robots concasseurs le soin de nettoyer la Terre. Aujourd’hui, il n’en reste plus qu’un : Wall-E qui a développé un petit défaut technique – une personnalité ! Extrêmement curieux et indiscret, il rêve de trouver une compagnie pour égayer sa trop longue solitude… Son existence simple et aliénante est bientôt bouleversée par l’arrivée d’un robot chercheur nommé Eve, que Wall-E va tenter de séduire à tout prix...

Avec « Wall-E », le travail de Pixar confine au sublime. L’enchantement poétique et l’incomparable beauté contenus dans cette histoire de robot cubique planent encore à mille lieux de toute la production animée américaine (et mondiale). Mais le plus beau du long-métrage tient dans sa grande leçon anti-déterministe : faire le choix de quitter sa ligne est le premier des signes de la conscience. Ce petit être de rien indique qu’il existe une autre voie à suivre, un autre destin possible. Une sorte de Messie à la forme insolite, perclus de vis et de boulons : la beauté, encore et toujours, derrière le plus improbable des objets. >> extraits de la critique d’Eric Nuevo

© Buena Vista International

2e // RATATOUILLE
un film d'animation de Brad Bird
avec les voix de Patton Oswalt, Ian Holm, Lou Romano, Brian Dennehy, Peter Sohn, Peter O'Toole...

Un petit rat, adepte de la bonne chair, découvre qu'il vit en fait dans les égouts de Paris. Intrépide, il se rend alors dans les cuisines de son chef préféré, récemment décédé, et devient secrètement l'aide d'un jeune plongeur transformé malgré lui en apprenti cuisinier...

"Ratatouille" bénéficie d'un scénario d'enfer avec au menu : ode à la persévérance et à la créativité individuelle ; couplet sur la malbouffe ; et petits coups de griffes à la critique… pour servir finalement un joli hommage à l'amour immodéré de la cuisine.
Le film, absolument magique, se permet des mouvements de caméra de plus en plus complexes, donnant lieu à des scènes d'une impressionnante fluidité, comme dans la cuisine du restaurant ou lors de la poursuite chez la vieille dame, fournissant une magnifique scène d'ouverture.
>> extraits de la critique d’Olivier Bachelard

© Walt Disney Studios Motion Pictures France

1er // LÀ-HAUT
un film d'animation de Pete Docter et Bob Peterson
avec les voix de Edward Asner, Christopher Plummer, Jordan Nagai, Bob Peterson…

Carl Fredricksen et sa femme rêvent depuis toujours de découvrir le monde. Dans leur petit salon, ils se font la promesse de vivre un jour près des chutes du Paradis. Or la vie en a décidé autrement, Carl est à présent un vieux monsieur veuf et grognon, condamné à partir vivre dans un hospice. Refusant de quitter sa maison pleine de souvenirs, il décide de l’attacher à des milliers de ballons afin de la transformer en montgolfière. Le voilà alors dans les nuages quand tout à coup, on frappe à la porte…

Après avoir touché notre corde sensible, "Là-Haut" nous embarque dans une aventure palpitante pleine de rebondissements et d’humour. Les auteurs ont le génie de nous faire rire par des situations complètement décalées et des répliques croustillantes qui font mouche. Très vite les personnages principaux s’effacent derrière des personnages secondaires truculents et vous tomberez vite sous le charme de Doug, un chien de garde plus pataud que féroce. Un grand moment de cinéma où les créateurs de chez Pixar vous emmèneront là-haut, tout là-haut, au sommet de leur art ! >> extraits de la critique de Gaëlle Bouché

 

Informations

>> Plongez dans notre Dossier Pixar, la machine à rêves !
- les courts métrages emblématiques du studio
- le Top 5 des personnages des films Pixar
- nos 5 scènes cultes des films Pixar
Tout l'univers Pixar sur Abusdecine.com !

Mathieu Payan Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT