Parce qu'on en a jamais assez !

LOST IN TRANSLATION

Un film de Sofia Coppola

2ème avis: par un connaisseur du Japon

Un célèbre acteur (Bill Murray) se retrouve pour quelques jours en escale à Tokyo, le temps de tourner une publicité pour une marque de Whisky. En pleine crise conjugale, errant dans son hôtel, il fait la connaissance de la jeune épouse (Scarlett Johanson) d'un photographe très coté (Giovanni Ribisi), qui semble éprouver un ennui proche du sien…

Je suis sorti du cinéma avec une drôle d'impression, un mélange de mélancolie et de sourire au plus profond de l'âme. Car Lost In Translation est un de ces films qui vous caresse de façon presque imperceptible, au point de vous réchauffer profondément un jour de grand froid. Construit comme un voyage, ce film est un hymne à la découverte de l'Autre, l'autre avec un grand A. Tout y est carrefour: carrefour de la vie, un homme en pleine crise de la quarantaine et une jeune fille qui réalise ses premières erreurs en matière de sentiments; carrefour du temps: un pays qui est un subtil mélange de moyen âge et d'électronique; carrefour des cultures: une civilisation où les codes n'ont rien de commun avec ceux des autres peuples.

Ayant moi même séjourné assez longuement au Japon, je dois dire que Sofia Coppola a fait un excellent travail sur les plans chronologique et kynesthésique. L'arrivée où l'on ne comprend rien à ces gens si accueillants, si souriants, qui deviennent tout d'un coup si odieux, sévères et méchants. La tendance à généraliser ces comportements professionnels et à vouloir fuir le pays au plus vite. La découverte ultérieure d'autres individus avec qui on va sortir toute une nuit pour terminer dans les Karaoke et les Patchinko, au rythme des néons et des écrans vidéo géants sur buildings luminescents, et finalement l'émergence d'un amour profond pour ce pays si différent qu'on ne veut plus quitter et qui prend une place indélébile dans notre âme et dans la construction de notre être tout entier.

Ce qui est très fort de la part de Sofia Coppola pour son 2e film, c'est d'associer la profonde remise en question qui atteint toute personne séjournant au Japon, avec l'ouverture de deux blessures de l'âme pour les deux personnages principaux, ouverture déclenchée par ce choc des civilisations, et finalement guérie en partie grâce à toutes ces différences entre les deux cultures.
Lost In Translation est un film qui certes n'atteindra pas les taux de fréquentation des blockbusters. C'est en tout cas un grand film, car il concerne une chose que le cinéma américain ne cesse d'oublier: l'humanité de chaque individu. C'est finalement la confirmation du talent de Sofia Coppola, qui si elle est la fille de son père, n'a nullement acheté son talent, sa finesse, et sa perception de l'humanité. Foncez voir Lost in Translation.

Anthony MARDONEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire