Banniere_Festival_Lumiere_2020

IRRÉVERSIBLE

Un film de Gaspar Noé
 

POUR: Niveau 5 - Irréversible parce que le temps détruit tout

Alex, une jeune femme est victime d’un viol dans un tunnel. Son fiancé, Marcus, va alors tout mettre en œuvre pour retrouver le violeur et se venger. Pierre, un ami du couple va tenter de le calmer avant de sombrer lui même dans la violence…

Alex est belle, trop belle semblerait-il… et parce qu'à cause de sa beauté, " elle se croit tout permis ", un homme surnommé le Ténia la viole et prend soin de la défigurer. Marcus, le fiancé d'Alex, part alors à la recherche de cet homme pour se venger, accompagné de Pierre qui tente de le raisonner. Leur course s'achève au " Rectum " où croyant être face au Ténia, les deux hommes cèdent à la violence.

Sur fond d'histoire apparemment banale (un viol et sa vengeance), Gaspard Noé met à la lumière toute la bestialité de l'homme parce que " l'homme n'est qu'un animal ". Condensé de vices, ce film est comme un miroir. La violence des scènes est à l'image des déviances de notre époque : pédophilie, drogue, homophobie avec comme point d'orgue une scène de viol filmée en temps réel (la scène dure environ 10 minutes).

Insoutenable ? C'est certain mais, par essence, un viol est insoutenable. Insoutenable et irréversible parce que la perte de l'être aimé détruit à jamais. Insoutenable parce que le film nous livre le visage du violeur et que l'on s'aperçoit alors que, aveuglés par leur désir de vengeance, les deux hommes n'ont pas tué le bon…

Et c'est parce que le temps détruit tout que Gaspard Noé use d'une structure narrative complexe, le présent devenant la passé du spectateur et le passé du couple notre présent. L'abjection des premières scènes, la violence du viol contrastent d'autant plus avec la douceur et la sensualité du quotidien du couple, avec cette scène finale dans un parc rempli de rires d'enfants où Alex lit LE livre. Et dès lors on se dit que si la vie était bien faite, les prémonitions serviraient à quelque chose, le tunnel rouge ne se briserait pas en deux…

Le film est servi par un trio d'acteurs exceptionnels : Monica Belluci, resplendissante, est Alex dont le fiancé Marcus n'est autre que son mari dans la vie, Vincent Cassel, épaulé par Albert Dupontel dans le rôle de Pierre. A noter, le film comporte de nombreux plans séquences qui ont conduit Noé a avoir recours aux effets numériques et que le film est interdit aux moins de 16 ans.

Lisbeth LanversEnvoyer un message au rédacteur

CONTRE: Le viol du spectateur

"Irréversible" est l'exemple type du film dont on parle beaucoup mais qui n'a aucun contenu, tout comme pouvait l'être "Baise-moi'" (cependant le film de Virginie Despentes était mieux réussi).En effet, le réalisateur s'amuse à se foutre de la gueule du spectateur (cf. la scène d'ouverture où l'on voit Gaspard Noé se masturber),sous couvert de la pseudo originalité de monter son film à l'envers, il en profite pour faire passer un discours nauséabond associé à des scènes très violentes et purement gratuites.

D' ailleurs on peut se demander si l'existence de ces scènes ne sert pas uniquement à assurer la promotion du film tout comme l'excellent casting (que fait le couple Cassel/Bellucci dans cette galère ?). Promotion réussie car le film a attiré un très grand nombre de spectateurs déçus pour la plupart. Irréversible est un film racoleur et complètement vide.

Arnaud CurtEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire