Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

THE HOLIDAY

Un film de Nancy Meyers

Voyages initiatiques pour jeunes femmes en détresse

Amanda est une belle et jeune femme d’affaires américaine, qui possède une compagnie qui réalise les bandes annonces des films du tout Hollywood. Passionnée par son travail, elle a du mal à conjuguer sa vie professionnelle et sa vie privée. De l’autre côté de l’Atlantique, à Londres, Iris est une belle et jeune journaliste du Daily Telegraph. Eprise depuis maintenant 3 ans d’un de ses collègues, elle apprend pendant l’apéritif de Noel organisé par leur journal qu’il va se fiancer à une autre. Pour faire face à leurs déserts affectifs respectifs, les 2 femmes vont échanger leurs maisons afin de changer d’atmosphère et d’environnement…

Il faut avouer qu’avec un tel casting on s’attend à une bonne comédie romantique de fin d’année, une sorte de "Bridget Jones", mêlé à du "Love Actually"… le genre d’histoires qui fait pleurer les filles célibataires et sourire les autres. C’est donc sans aucune surprise que "The Holiday" nous propose l’histoire de ces 2 femmes qui ne trouvent pas mieux que de tomber amoureuses à 9000km de leur habitat naturel. Et bien qu’assez peu crédibles, ces 2 jolies histoires font plaisir à voir, car finalement l’intérêt de celles-ci réside dans l’épanouissement de ces 2 femmes.

Dans cette comédie naïve frôlant la mièvrerie, vous pourrez, Mesdames, vous délecter des traits parfaits et de la plastique toute aussi parfaite de Jude Law, ici dans le rôle du séducteur au grand cœur. Mais là s’arrête les réjouissances ! Car "The holiday" fait partie de ces films qu’il fait bon regarder sous un plaid confortablement installé dans son canapé, plutôt que dans une salle obscure entouré d’étrangers ! Un film pop-corn par excellence.

Véronique LopesEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire