Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

DERNIER TRAIN POUR BUSAN

Un film de zombies des plus efficaces

Un homme d'affaire se retrouve coincé avec sa fille dans un train, alors même qu’un virus transforme la population en morts-vivants assoiffés de sang. Le train réussit à partir mais un passager se trouve être contaminé...

Présenté au 69e Festival de Cannes en séance de minuit, "Dernier train pour Busan" aura fait sursauter plus d'un spectateur, en assurant le spectacle (parfois drôle) et garantissant quelques frissons durant près de deux heures. Film de zombies dans la plus grande tradition, ne cherchant nullement à expliquer les raisons de la propagation d'un supposé virus, ce film coréen ménage ses effets tout en maintenant un rythme effréné, et sait provoquer la surprise, malgré un point de départ des plus classiques.

Proposant de suivre un ensemble de personnages coincés dans un train, alors qu'autour les humains se transforment en êtres violents assoiffés de sang, c'est à chacune des étapes, ou dans les séparations des membres du groupe entre wagons, que résident les éléments du suspense. Jouissif, donnant volontairement dans la comédie comme dans le gore, "Dernier train pour Busan" réussit de beaux effets de foules qui participent à l'angoisse ressentie, qu'il s'agisse de poursuites ou simplement d’amoncellements de créatures écervelées.

Parabole basique sur l'individualisme galopant (ici c'est presque chacun pour soi), le film réserve son lot de surprises, entre la manière de ne pas se faire remarquer par les créatures en passant par la traversée héroïque d'un des wagons. Le scénario anéantit avec jubilation chacune des échappatoires trouvées par les personnages et la mise en scène, utilisant lieux exigus comme plus vastes, provoque quelques sursaute bien agréables. Il réserve de plus quelques morceaux de bravoures sympathiques, grâce notamment à un personnage de grosse brute plutôt inventif. Un véritable petit plaisir de cinéma, qui stimule autant l'instinct de survie que la soif d'anéantissement.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire