Parce qu'on en a jamais assez !

A BOUT PORTANT

Un film de Fred Cavayé

"Pour elle" sous amphets

Samuel est infirmier. Sa femme, Nadia, est enceinte et presque à terme. Tout semble aller pour le mieux, quand celle-ci se fait kidnapper et que les ravisseurs demandent à Samuel de faire sortir de l'hôpital où il travaille un patient qui s'avère être un dangereux gangster...

"Pour elle", le premier film de Fred Cavayé, était déjà un coup d'essai réussi. "A bout portant" est, lui, un coup de maître à tous les niveaux. Le film reprend fortement l'idée de départ de "Pour elle": il va tout faire pour sauver sa femme. La grande différence, c'est que Vincent Lindon acheminait petit à petit son plan jusqu'à le mettre à exécution dans la dernière demi-heure du film. Ici, quelques minutes suffisent à mettre Gilles Lellouche dans une mouise sans nom, qui mettra son sang froid à rude épreuve, jusqu'à la dernière seconde du film. C'est donc l'instinct et l'urgence qui prédominent, et qui mettent les protagonistes dans des situations plus périlleuses les unes que les autres.

Si les scènes d'action et de poursuites sont parfaitement menées (on pense indéniablement aux Jason Bourne de Paul Greengrass, ce qui n'est pas la moins flatteuse des comparaisons), ce qui différencie "A bout portant" de n'importe quel autre film d'action français (notamment des productions de "l'écurie Besson"), c'est l'importance accordée aux personnages. Si l'on passe sous silence quelques seconds rôles un peu fades, il faut dire que les têtes d'affiches remplissent leur cahier des charges avec brio. Gilles Lellouche, dans un rôle plus dramatique et plus sombre qu'à son habitude, confirme qu'il est en train de devenir l'acteur français qui compte aujourd'hui. Roschdy Zem est visiblement taillé pour jouer à merveille les bad guys charismatiques et on n'aura jamais vu une ordure aussi infâme que Gérard Lanvin, en ripoux sans scrupule.

Enfin un film d'action français qui ne nous fera pas rougir de honte, mais de plaisir, et surtout qui n'a rien à envier au cinéma américain ! Alors que s'apprête à sortir dans quelques temps "Les trois prochains jours", le remake américain de "Pour elle", avec Russell Crowe, Fred Cavayé nous livre un film sombre et abouti, qui ravira les amateurs d'adrénaline. Allons-nous déjà parier qu'Hollywood y verra à nouveau un potentiel et en tirera un autre pop-corn movie sans intérêt ? Nous verrons. Toujours est-il que Fred Cavayé a des idées et qu'Hollywood n'en a plus.

Rémi GeoffroyEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire