Bannière Festival d'Annecy 2019

A BORD DU DARJEELING LIMITED

Un film de Wes Anderson

Une réjouissante inventivité

Trois frères embarquent dans un voyage spirituel à bord d'un train indien (le Darjeeling Limited), à la rencontre d'une mère abstraite qu'ils n'ont pas vue depuis des années...

Avertissement : pour apprécier à sa juste valeur le nouveau délire de Wes Anderson, réalisateur américain connu pour ses comédies décalées non sans fond (« La Famille Tennenbaum », « La Vie aquatique »), il vaut mieux avoir vu l'hilarant court métrage « Hotel Chevalier » (disponible uniquement sur Internet) dans lequel Natalie Portman est une victime consentante du séducteur Jason Schwartzman, l'un des frères du film. Alors, vous pourrez profiter à plein du voyage.

Une fois dans le train, de la confrontation de ces trois gamins de trente ans, du mélange des cultures autant assumé que raillé, et du soin apporté aux détails, se dégage une comédie enlevée sous l'égide de l'apprentissage de la confiance en l'autre et de la guérison morale. Enthousiasmant, ce huis clos partiel affiche un beau rythme, une réjouissante inventivité et de jolies paraboles (les bandelettes). Wes Anderson fait preuve d'une sobriété de mise en scène, usant de mouvements latéraux et ascendants de caméras qui permettent aisément de passer d'un compartiment à un autre, par l'intérieur ou l'extérieur du train, et de jouer sur les hors champs. Seuls les couloirs sont filmés à hauteur d'homme dévoilant de petits secrets inavouables.

Mais le scénario d'Anderson et compagnie ose tout, des blagues racistes à l'enterrement d'un père reconstitué en flash-back de manière incorrecte (ah, l'émotion que provoque la Luftwaffe). Mais sa réussite étant la peinture de personnages hauts en couleurs, à la fois distants et proches, elle doit beaucoup à un casting impeccable, dont on retiendra un Jason Schwartzman en nabot à la libido envahissante, Owen Wilson en naïf blessé au coeur comme à la tête et une Anjelica Huston fortement détachée des préoccupations occidentales. Un vrai régal.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire