Parce qu'on en a jamais assez !

INTERVIEW

TOUTES NOS ENVIES

Journaliste :
Comment avez-vous eu l’idée d’adapter le livre d’Emmanuel Carrère?

Philippe Lioret :
C’est Vincent qui m’a conseillé le livre d’Emmanuel Carrère. J’étais à la recherche d’un sujet, je l’ai lu, ça m’a beaucoup touché et ça m’a beaucoup intéressé aussi…

© Mars Distribution

Journaliste :
Comment avez-vous eu l'idée d'adapter le livre d'Emmanuel Carrère?

Philippe Lioret :
C'est Vincent qui m'a conseillé le livre d'Emmanuel Carrère. J’étais à la recherche d'un sujet, je l’ai lu, ça m’a beaucoup touché et ça m'a beaucoup intéressé aussi. J'ai continué à chercher par ailleurs, j'ai beaucoup voyagé à l'époque en présentant « Welcome » dans le monde entier, mais ça revenait toujours. Au bout d'un moment, le livre s'est un peu dissipé. Il ne m'en restait que le principe et surtout cette histoire vraie de la réussite de ces deux juges, que je trouvais admirable. Mais aussi l'intimité entre eux, cette histoire d'urgence qui naît d'un seul coup à cause de cette tuile terrible qui lui tombe sur le coin de la tête... Avec ces éléments-là, il y a de quoi faire un film et raconter une histoire qui ne soit pas celle d'Emmanuel, parce qu'il n'y avait pas la trame dramaturgique dans le livre pour faire un film. De plus, le livre mettait en scène des gens de la vraie vie, qui existent, pour certains qui sont de la famille d'Emmanuel, et il n'était pas du tout question que ces gens-là se voient un jour sur l'écran. Donc j'ai appelé Emmanuel pour lui dire que je voulais non pas adapter son livre mais m'en inspirer, pour raconter une histoire ailleurs et avec d'autres personnages. J'ai revisité l'histoire à ma façon. Et quand Emmanuel a vu le film, il m'a dit que c'était une « magnifique trahison », et c'est ce que l'on voulait tous les deux.

Journaliste :
Est-ce l'engagement du film et de ses personnages qui vous a attiré ?

Vincent Lindon :
D'abord je lis un film, je lis une histoire, j'essaie de ne pas catégoriser les choses, de ne pas voir le fond. Je lis une histoire et si elle m'emmène jusqu'au bout, j'ai envie de la faire. Alors des fois, c'est une comédie, des fois, c'est un polar, des fois, c'est « Toutes nos envies », des fois c'est « Welcome ». Et après, mais bien longtemps après, je commence à me rendre compte du fond de l'histoire. Je suis d'abord sur l'enthousiasme et l'envie de participer à l'histoire, je découvre mon personnage au fur et à mesure de ce qui lui arrive et je ne prends conscience de l'importance du film, de son poids civique, en l'occurrence pour celui-là, que bien après.

Journaliste :
Marie, comment définir la relation entre votre personnage et celui de Vincent Lindon ?

Marie Gillain :
Chacun y voit ce qu'il a envie d'y voir, c'est ce qui est beau dans cette relation : elle est hors du temps, hors de leur propre vie. Lui est plutôt désabusé, elle est dans une situation d'urgence. Cette rencontre se passe dans une sorte de fièvre. Au départ, ils ont une complicité intellectuelle, un vrai sens de l'engagement et de la passion pour la justice. Mais en même temps il se construit une autre relation beaucoup plus intime, faite de silence, d'une infinie pudeur. C'est ce qui rend leur relation si particulière.

Journaliste :
Comment incarner un personnage qui apprend qu'il va bientôt mourir?

Marie Gillain :
Toute l'émotion que j'ai ressentie quand j'ai lu le scénario, c'était une chose. Mais une fois que le film commence, on rentre dans autre chose, une étape qui est la construction du film où il faut oublier tout ce qu'on a lu et tout ce qu'on a entendu pour se sentir complètement disponible. C'est surtout une question de disponibilité. Ce genre de chose est impossible à anticiper : on ne peut pas savoir comment nous on réagirait, si dans la vie ça nous arrivait. Il n'y a donc pas une seule réaction possible à ce genre d'expérience. Et dans le scénario, tout cela était extrêmement bien décrit, on se sent complètement avec elle dès la lecture. Il a donc juste fallu que j'oublie tout ce que j'avais ressenti en tant que lectrice et que je me mette juste dans un état de disponibilité totale pour découvrir ce que l'on va m'annoncer.

Philippe Lioret :
Il n'y a pas d'état à jouer, bizarrement. Il s'agit juste d'incarner. Et ça ne demande pas à être intellectualisé, sinon ça ne marche jamais.

Vincent Lindon :
Il y a une chose qu'on ne demande jamais aux acteurs, c'est si ce n’est pas quelque fois agréable de jouer un personnage comme celui de Marie. L'acteur est fait d'une manière assez bizarre : bien que son personnage apprend qu'il va mourir, l’acteur est de très bonne humeur car il sait que ce n'est pas vrai, qu'il est en très bonne santé. C'est un effet placebo. Par exemple, j'ai eu beaucoup de plaisir à être maître-nageur dans « Welcome », parce que je ne suis pas maître-nageur et que c'était agréable de passer deux mois à la piscine. Là, c'était agréable d'être juge d'instruction et entraîneur de rugby. Ça rassure énormément sur son état à soi. Ça donne donc de l'enthousiasme, ça donne envie d'y mettre tout son cœur pour le jouer à fond.

Rémi Geoffroy Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT