INTERVIEW

LITTLE CHILDREN

Todd Field et Patrick Wilson

Réalisateur, acteur

Todd Field et Patrick Wilson sont les vedettes masculines de « Little Children », traduit en français par « Les Enfants de chœur ». Le premier est le réalisateur, producteur et co-scénariste du film, le second, l’acteur principal. Tous les deux étaient présents au dernier festival de…

© Mathieu PAYAN

Todd Field et Patrick Wilson sont les vedettes masculines de « Little Children », traduit en français par « Les Enfants de chœur ». Le premier est le réalisateur, producteur et co-scénariste du film, le second, l’acteur principal. Tous les deux étaient présents au dernier festival de Deauville où le film était sélectionné en compétition officielle et où il a été projeté en première internationale. Un événement important pour son réalisateur qui s’est exclamé « Deauville : mon festival favori où il y a le meilleur public ! ». Un public qui semble d’ailleurs avoir été conquis par l’œuvre, alors que le jury ne lui a pour sa part réservé aucune distinction…

Petit retour en arrière. Depuis le succès critique de « In the bedroom », Todd Field a eu beaucoup de projets entre les mains sans que rien ne l’intéresse au point de se mettre derrière la caméra. C’est en 2004 qu’il se met au travail sur un nouveau scénario qu’il achève, caste, tourne et monte jusqu’au mois d’août 2006. Un job de longue haleine mais de même que Rome ne s’est pas faite en jour, un film de cette qualité mérite bien deux années de production.

Le scénario est une adaptation littéraire. Le fil de l’histoire est commenté par une voix-off : « C’était une idée de départ, indique Todd Field. Je souhaitais une narration racontée. Je voulais enfermer l’histoire dans un cadre afin de renforcer son origine : celle d’un livre ! » Une thématique pour Field s’est vite détachée : celle de la castration. « L’ensemble des personnages, précise-t-il, sont prisonniers de leur désir qu’ils refoulent et pour lesquels ils se sentent coupable. Il y a une castration psychologique, émotionnelle, voire physique. »

Todd Field a dès l’origine du projet des idées très arrêtées sur le casting pour donner vie à cette histoire de couples et d’adultère. « Quand j’ai vu « Angels in America », j’ai été très impressionné par le travail de Patrick [Wilson], complimente Field. Et quand j’ai eu mon rendez-vous avec l’acteur pour lui parler du projet, j’ai su au bout de trente secondes que c’était lui qui devait jouer ! Et je crois que Patrick a dit oui pour son plus grand plaisir ! » En effet, depuis quelques temps, un buzz autour du scénario de Field alimentait les conversations à Hollywood et Patrick Wilson, intrigué, ne comptait pas passé à côté d’un script de si bonne qualité.

Du côté du premier rôle féminin, c’est la même chose. « Je voulais Kate [Winslet] dès le départ. Mais je ne la connaissais pas plus que ça, moi celle que je voulais, c’était la Kate de « Eternal Sunshine of the spotless mind ». Et lors de notre rencontre, j’ai tout de suite souhaité travailler avec elle. »

Le tournage a été dur nous raconte Field. « C’était difficile, car nous avions beaucoup de personnages et des enfants. » confirme-t-il. Patrick Wilson, lui, ne se plaint pas. « Kate est une très bonne actrice. Travailler avec elle est un peu étrange dans le sens où elle cherche nos points communs pour créer cette alchimie qu’il y a entre nous deux dans le film. Nous nous sommes tous les deux donnés à fond, nous voulions vraiment faire un grand film. Du coup nous n’avons pas eu peur des scènes intimes ! » Il est vrai que Field ne lésine pas sur les plans de nus de ses comédiens principaux !

Le montage enfin a été très clair pour le réalisateur qui ne s’est pas beaucoup posé de questions sur le « cut ». Le résultat est d’ailleurs brillant. Et si le jury de Deauville n’a pas souhaité le mettre en avant, nous, on vous encourage vivement à aller le voir !

Mathieu Payan Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT