banniere_Moxie

INTERVIEW

DOUBLURE (LA)

Quelques jours avant la sortie de La Doublure, nous avons rencontré Francis Veber, le réalisateur ainsi que Gad Elmaleh, nouveau François Pignon. Pour s’excuser de leur retard, Gad enchaîne les blagues et les vannes, Sharon Stone en prendra notamment pour son grade, suite à sa brillante inter…

© Loll WILLEMS

Quelques jours avant la sortie de La Doublure, nous avons rencontré Francis Veber, le réalisateur ainsi que Gad Elmaleh, nouveau François Pignon. Pour s’excuser de leur retard, Gad enchaîne les blagues et les vannes, Sharon Stone en prendra notamment pour son grade, suite à sa brillante intervention dans le débat sur le CPE.

Gad commence alors en nous expliquant qu’interpréter François Pignon est quelque chose de très particulier. C’est une tâche qui confère de grandes responsabilités puisque le personnage est presque plus connu que l’acteur qui l’interprète. Francis Veber enchaîne d’ailleurs en nous parlant d’une association qui l’a contacté. Il s’agit de l’Assocation des François Pignon de France. Ils sont Onze dans toute la France.

Le personnage de Pignon dans La Doublure est très nouveau. Il est émouvant car en pleine relation amoureuse. C’est un personnage curieux, fragilisé, qui n’a pas confiance en lui. Pour Gad cela a été un véritable travail puisqu’il fallait jouer sur la retenue, ce qui est beaucoup plus fatiguant selon lui. Il a aussi fallu gommer la séduction naturelle de Gad. Il a d’abord fallu présenter ce personnage comme un looser, avant de tout doucement effacer ce côté et le faire entrer dans une dynamique de succès.

La relation de Pignon avec le personnage interprété par Virginie Ledoyen n’est pas accessoire. C’était un moyen d’éviter de faire de Pignon un « connard », un profiteur. Ceci pour éviter un côté salace trop évident. Gad et Alice sont alors deux poissons hors de l’eau, perdus, qui vont se lier d’amitié. C’est également la première apparition des parents de Pignon.

Interrogé sur une éventuelle référence au « Dîner de Con » à travers le personnage du père (Michel Aumont), Francis Veber nous confirme qu’il y avait bien cette volonté, mais qu’étonnamment, même son chef opérateur de toujours n’avait pas vu la référence.

Veber évoque alors le choix d’Alice Taglioni pour le rôle. Bien que n’étant pas mannequin au départ, elle avait la beauté et la trempe nécessaires pour parfaitement rentrer dans le rôle. Au départ, il avait fait des essais avec de vrais tops models, mais la plupart des mannequins actuels sont étrangers, et auraient eu d’horribles accents. C’est également à cause de ce problème d’accent qu’il n’a pas fait appel à Adriana Karembeu.

Francis Veber nous parle également des remakes de ses films qui sont en préparation aux Etats-Unis. Il nous explique que « La Doublure » serait facile à adapter, avec Ben Stiller dans le rôle de Pignon et Gad, qui réclame au passage un caméo dans le film. Le « Dîner de Cons » a par contre beaucoup de mal à être adapté, les références culturelles françaises étant très nombreuses, et le huis clos posant problème aux américains…

Avant de nous quitter, Gad nous rappelle avec émotion qu’il a gagné son premier cachet d’acteur à Lyon, aux TNP grâce à Roger Planchon. Un sympathique salut final.

Rémy Margage Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT