Banniere Berlinale 2023 Festival de Berlin 2023

DOSSIERSéries TV

Critique Série : TRUE BLOOD

Série créée par Alan Ball, d'après la série de romans "La Communauté du Sud" ("The Southern Vampire Mysteries") de Charlaine Harris
Avec Anna Paquin, Stephen Moyer, Ryan Kwanten, Alexander Skarsgård…

Première diffusion en France : 2008 sur Orange Cinémax
Format : 52 minutes en moyenne par épisode (12 épisodes par saison)
Site officiel : HBO

Synopsis

Sookie Stackhouse habite à Bon Temps, petite ville perdue dans la forêt, au milieu de la Louisiane, avec sa grand-mère et son frère Jason. Dans un monde où les humains doivent cohabiter malgré eux avec les vampires, elle mène une vie plutôt paisible. Triste à mourir, en fait, mais paisible.

Sookie est serveuse au Merlotte's Bar, où elle sert de la bière, beaucoup. Et du sang humain de substitution, du True Blood, un peu.

Sookie est télépathe. Sookie est amoureuse de Bill. Bill est un vampire…

Critique : "I wanna do bad things with you..."

C'est l'auteure américaine Charlaine Harris qui a inspiré la série "True Blood", diffusée depuis septembre 2008 sur la chaîne HBO aux USA. Ses romans fantastiques, déclinés en 9 tomes à ce jour, ont été adaptés par Alan Ball ("Six Feet Under") pour la télévision de façon plutôt fidèle, surtout concernant les personnages principaux. Les autres rôles et péripéties secondaires sont librement adaptées et pour la plupart originales.

Le casting lui aussi respecte assez bien les descriptions des personnages de Charlaine Harris, particulièrement en ce qui concerne les acteurs jouant les vampires. C'est Anna Paquin, vue notamment dans la saga des X-Men, qui interprète le rôle de l'héroïne Sookie Stackhouse. Les autres acteurs sont des inconnus du grand public, mis à part Alexander Skarsgård que certains ont pu voir dans le clip de Lady Gaga "Paparazzi" (Mais siiii, il la pousse du balcon et elle l'empoisonne à la fin !!).

Le générique de la série est particulièrement intéressant. D'une part parce cela devient de plus en plus rare de retrouver un générique digne de ce nom au début de chaque épisode, mais aussi parce qu'il plonge tout de suite le spectateur dans "l'univers True Blood". Un univers glauque, chaud et humide, poisseux, malsain, renforcé par le choix de la BO, une chanson de Jace Everett : "Bad Things".

Humains VS Vampires

Sookie est une petite blondinette d'une vingtaine d'années, innocente, douce et attentionnée, prête à tout pour pimenter une vie qu'elle trouve trop sage. Coincée entre sa grand-mère et son job de serveuse, elle se préserve des garçons, (à l'inverse de son frère qui lui ne croise plus aucune fille qui ne soit pas une de ses ex conquêtes à Bon Temps) mais plus généralement de la race humaine. Son don, ou handicap comme elle l'appelle, lui a beaucoup appris sur cette nature humaine qu'elle haït de plus en plus.

La première saison plante le décor : d'accord les vampires ont été acceptés (ou tolérés) par les humains, d'accord ils ne sont plus obligés de tuer pour se nourrir puisqu'on leur fabrique du sang de synthèse, mais leur intégration est loin d'être un exemple du genre. "True Blood" explore toutes les formes de discriminations (racisme, homophobie, préjugés...) et de violences ( drogue, sexe bestial, meurtres...) qui caractérisent le comportement humain face à la peur de l'inconnu. Toutes les relations développées dans cette série, qu'elles soient entre vampires et humains ou au sein d'une même "espèce" sont conflictuelles. "True Blood" est une série qui parle d'abord de notre société, de notre comportement face à l'autre, à travers des personnages radicaux dans leurs opinions. Le spectateur apprend à lutter contre les préjugés grâce aux personnages évoluant aux côtés de Sookie, des humains pour qui la différence est forcément mauvaise.

"True Blood" nous parle d'amour, de tolérance, d'amitiés profondes, fraternelles ; d'acceptation, des autres, de soi. Et "True Blood" nous parle de vampires. De vrais vampires, de ceux qui font peur, qui sont pâles, sanguinaires, immoraux, arrogants, virils quoi ! Ils nous font froid dans le dos mais comme Sookie, on succombe. A leur sang froid (au propre comme au figuré), à leurs sentiments inconditionnels, à leur flair, leur précision. Au silence dans lequel ils évoluent.

Et par rapport à Buffy ?

Comment parler de "True Blood" sans évoquer LA série qui a fait entrer les vampires dans le quotidien de millions d'adolescents à l'imagination empiétant très largement sur la réalité : "Buffy contre les vampires" ("Buffy, the Vampire Slayer").

Les points de comparaison sont nombreux entre les deux séries, notamment dans la représentation du vampire. Dans "True Blood", le vampire semble plus "humanisé". La peau pâle et les crocs saillants lors d'une attaque imminente restent des classiques, cependant les vampires de BonTemps ne changent pas de visage dans un rugissement inquiétant comme ceux de Sunnydale (ville où se déroule la série "Buffy"). Le petit "clic" discret, seul témoin de la métamorphose en créature de la nuit, peut même prêter à sourire (voire à s'esclaffer) quand on s'était habitué à une poussée des canines accompagnée d'effets spéciaux rutilants, on croyait que c'était la norme chez les vampires !

Autre similitude entre les deux séries, la sempiternelle histoire du méchant vampire et du gentil vampire. Rappelons que Sookie est une jeune femme blonde d'une vingtaine d'années (ça vous rappelle quelqu'un peut être...). Bill lui est un jeune homme brun ténébreux qui séduit sa belle au premier regard avec ses allures de protecteurs de ces demoiselle. Il subit sa condition de mort-vivant plus qu'il ne l'utilise. Alors ?... Ang.. Oui ! Le méchant vampire (qui arrive un peu plus loin dans l'aventure) est quand à lui blond, de cuir vêtu, sans foi ni loi, il aime user et abuser de ses pouvoirs de séduction et trouve bien entendu la nouvelle compagne de son rival Bill très à son goût. Spike ? Bingo.

Comme dans "Buffy", "True Blood" évoque les vies antérieures des vampires, ce bon vieux temps où ils étaient encore vivants et qui leur a forgé leurs personnalités de vampires actuelles. Sur le même schéma, on retrouve une hiérarchie chez les vampires, qui émane de leur longévité en tant que créatures de la nuit et qui leur confère une certaine puissante acquise au cours de leurs années d'errance. Les vampires de "True Blood" peuvent aussi engendrer d'autres vampires, c'est à dire mordre un humain et le vider de son sang pour l'emmener de l'autre côté, ce qui visiblement, dans "Buffy" comme dans "True Blood", ravie les victimes qui trouvent une plus grande satisfaction dans leur mort que dans leur vie souvent sans intérêt.

Mais même si tous les épisodes de "Buffy" étaient rythmés par un combat sanglant entre démons et tueuse à coups de pieux, "True Blood" reste quand même une série beaucoup plus violente. Plus adulte déjà, plus noire, plus sournoise, plus traitre, plus hot...

Anthony REVOIR Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT