Parce qu'on en a jamais assez !

WAITING FOR THE BARBARIANS

Un film de Ciro Guerra

L’attente au service d’un message d’ouverture d’esprit

Au milieu du désert, le magistrat d’une petite ville au bord de la frontière de l’empire britannique reçoit le colonel Joll, envoyé par le pouvoir central pour faire le point et enquêter sur une possible invasion barbare…

Waiting for the barbarians film image

Adapté du roman de J.M. Coetzee, "Waiting for the Barbarians", nouveau film de Ciro Guerra (auteur de "L’étreinte du serpent" et "Les oiseaux de passage"), s’attarde sur les a priori entre deux peuples et comment se créer ses propres ennemis. Des thématiques qui résonnent particulièrement avec l’actualité, rendant le film encore plus pertinent.

Ciro Guerra nous propose donc son analyse, en suivant le point de vue d’un magistrat interprété par Mark Rylance, devant s’occuper d’une petite ville frontalière de l’empire britannique, lorsqu’arrive un colonel envoyé par le pouvoir central afin de palier à une invasion barbare dont, contrairement à ce qu’affirme le magistrat, il est convaincu de l’imminence.

On retrouve donc une structure narrative assez classique, avec les autorités locales face à des autorités centrales, mais qui fait très bien son office. Le but n’est finalement pas tant de parler de la vision de la justice à travers les méthodes diamétralement opposées du magistrat et du colonel, mais surtout de nous faire comprendre comment deux peuples qui vivent en paix, finissent par s’opposer l’un l’autre à cause des préjugés. Le point fort, même si cela parait assez manichéen, est que cette approche est exploitée à travers les deux camps, celui de l’armée britannique, qui voit les « barbares » comme une grande menace pour son hégémonie, mais également celui des nomades, qui voient l’empire comme une ingérence dans leur propre vie.

Finalement, on s’accordera à dire que le titre est brillamment trouvé, puisqu’on passe le film à attendre une attaque barbare qui finalement n’existe que parce que certains personnages y croient, malgré toutes les preuves que rien ne se passe, comme le laisse voir les chapitrage du film.

Tout cela est porté par une mise en scène qui, si elle accuse de pas mal de longueurs non négligeables du fait du message même du film, reste simple mais élégante, à l’image des lunettes portées Johnny Depp, métaphore ultime de l’aveuglement son personnage qui ne voit pas la réalité telle qu’elle est, mais voit le monde à travers un filtre qui lui obscurcit sa vision.

Seul point qui aurait mérité d’être plus approfondis, les conséquences de ces a priori, qui, si elles sont évoquées, ne sont jamais montrées et sont donc minimisées. Hormis cela, les acteurs sont tous excellents, même Robert Pattinson, dont le rôle d’un officier sadique aurait été le terrain parfait au cabotinage, piège dans lequel il ne tombe jamais. "Waiting for the Barabrians" est donc un film fort intéressant, malgré un rythme très lent qui pourrait en rebuter plus d’un.

Ray LamajEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire