Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

VERY BAD TRIP 3

Un film de Todd Phillips

En exagérant un peu : un final de toute beauté !

Pendant que Mr Chow s’évade de sa prison à Bangkok, Alan perd son père qui succombe à une crise cardiaque. Son état empire depuis qu’il a arrêté de prendre ses médicaments et ses copains de toujours (Phil, Doug et Stu) décident de l’emmener dans un centre pour une intervention. En route, ils tombent sur des hommes de Marshall qui kidnappent Doug… et se retrouvent à devoir récupérer l’or volé par Mr Chow à Marshall s’ils veulent revoir Doug vivant…

Pas besoin de prendre une bonne cuite pour visionner avec plaisir ce dernier chapitre de la trilogie "Very Bad Trip". La voilà, la vraie suite du premier volet. Oubliez le numéro 2 (qui recyclait outrageusement et sans aucun brio le film original (dans tous les sens du terme) et retenez finalement deux bons films : le 1er et ce numéro trois qui évite tous les écueils du précédent ! C’est ainsi qu’au lieu de commencer par un mariage, il prend une toute autre direction. Ouf ! La photocopieuse qui avait sévit pour l’expédition à Bangkok était heureusement en panne cette fois-ci et les scénaristes se sont vraiment creusés la tête pour imaginer une histoire originale rassemblant notre « meute » préférée !

Pourtant, ça commence plutôt mal avec cette pauvre girafe qui n’a rien demandé et qui se retrouve dans les ennuis jusqu’au cou ! Mais quand les aventures démarrent, le film trouve rapidement son rythme de croisière et ne le lâche plus jusqu’à la fin, entre un casse de baraque à Tijuana au Mexique et la poursuite en limousine d’une aile volante à Las Vegas dans le Nevada. La petite virée entre potes initialement prévue pour emmener Alan se faire soigner tourne vite au périple pour sauver Doug, kidnappé par des dealers qui ont été roulé par Mr Chow…

Les personnages sont, cette fois-ci, bien sentis et donnent une vraie pêche à l’histoire. On retrouve cette meute qu’on avait perdue dans "Very Bad Trip 2". Les dialogues et les vannes sont souvent très drôles. Même les personnages secondaires ravissent dans cette épopée finale, avec une mention spéciale pour le premier à entrer en scène : le fameux Mr Chow (Ken Jeong). L’asiatique fêlé du bocal, au rire qui rappelle notre Alain Chabat et sa mouche qui pète, a pris de plus en plus d’épaisseur au fil de la trilogie et nous convie, ici, à un feu d’artifice pour chacune de ses scènes ! Alan (épatant Zach Galifianakis), qui est au coeur du film, est extraordinaire, toujours en conflit avec le pauvre Stu qui s’en prend plein les dents. Attardé mental, adulte qui n’aura jamais grandi, il fait le débile comme personne mais est toujours celui par qui l’intrigue avance, ayant sans le vouloir toutes les cartes en main pour se dépêtrer de n’importe quelle situation !

Si l’humour fait du yoyo et n’est jamais constamment au top, il ravira certainement les fans de la série et surprendra ceux qui s’attendaient à un dernier volet sans ambition, sans âme et sans saveur. Car ce "Very Bad Trip 3" peut se targuer d’avoir les trois, ce qui le conduira assurément vers les sommets du box-office. Pour clore cette trilogie, et en guise de clin d’oeil, revenons un peu sur ma critique du précédent opus ("Very Bad Trip 2") où je me risquais à imaginer comment la meute finirait leur trip, et bien voyez par vous-même, j’avais eu raison sur un point… et pas le moins impressionnant !!

Mathieu PayanEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire