Parce qu'on en a jamais assez !

UNE VIE A T'ATTENDRE

Un film de Thierry Klifa

Une assez bonne distribution mais un film qui traîne. Dommage !

Alex dirige le restaurant qu'il a hérité de sa mère. Son frère, Julien, qui vit encore avec lui, et sa meilleure amie, Camille, travaillent avec lui. Côté cœur, tout semble aller bien pour Alex, avec la jeune Claire, lorsqu'il retrouve par hasard Jeanne, son premier amour…

Après Marc Esposito (« le Cœur des hommes »), c'est au tour d'un autre ancien de chez Studio Magazine de se tourner vers la réalisation. Comme son collègue, Klifa choisit de raconter des histoires de cœurs. Mais si Esposito avait signé un film assez léger et sans trop de prétentions, Klifa semble avoir voulu s'atteler à un ton beaucoup trop sérieux (et un peu « bobo » !) pour son immaturité cinématographique. Le film alterne entre des moments parfois très intimes et posés, et des longues scènes impersonnelles, ne réussissant donc pas à imposer vraiment un style, la seule vraie trouvaille restant l'utilisation régulière, belle et judicieuse des reflets. Une réalisation en dents de scie donc, qui semble se perdre dans la partie interminable de « ping-pong sentimental » du personnage d'Alex. La fin n'est d'ailleurs pas une fin en soi : ç'aurait pu continuer durant des heures ! En fait c'est peut-être parce qu'il s'agit plus d'une tranche de vie que d'une histoire.

Si c'est cela, alors gardons en souvenir les quelques bonnes miettes de cette tranche de vie. Si Patrcik Bruel convainc à moitié dans ce rôle pseudo-romantique de cœur à la dérive entre deux autres cœurs, et si le jeu de Géraldine Pailhas paraît un peu trop froid pour nous séduire, le reste du casting rend attachante cette galerie de personnages. Nathalie Baye est rayonnante de grâce et nous offre notamment une formidable scène de fraîcheur chantée avec « Pour une amourette » de Leny Escudéro. Danielle Darrieux nous confirme qu'elle reste incontournable et qu'on a du mal à trouver mieux qu'elle aujourd'hui dans les rôles de son âge, un âge qu'elle magnifie dans une fabuleuse séquence dialoguée sur les rides. Anouk Grinberg semble interpréter Camille avec ses tripes tant son personnage est touché par ce qui arrive à son ami. François Berléand et Stéphane Guillon apportent un peu de légèreté dans leurs rôles secondaires. Mais c'est surtout l'occasion de découvrir Michaël Cohen, jeune acteur au talent et au physique prometteurs, dont le rôle de Julien s'avère finalement comme la clé de l'évolution du personnage d'Alex.

Raphaël JullienEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire