Banniere Festival de Berlin - Berlinale 2024

UNE NUIT

Un film de Alex Lutz

Longue fut la nuit

Nathalie bouscule Aymeric dans le métro. Une dispute éclate entre eux. Puis la colère laisse place à l’attirance. Peut-être que cette nuit va tout changer pour ces deux inconnus…

Une Nuit 2023 film movie

Deux inconnus qui se rencontrent dans un train pour ensuite passer une nuit ensemble. Immédiatement, on pense au chef d’œuvre de Richard Linklater, "Before Sunrise", qui donnera deux suites tout aussi qualitatives avec Ethan Hawke et Julie Delpy. Pour sa quatrième réalisation, Alex Lutz ("Le Talent De Mes Amis", "Guy") reprend ce célèbre postulat si cher au cinéma en transformant le wagon en une rame de métro. Lorsque Nathalie bouscule Aymeric dans cet espace bondé, les mots fleuris fusent rapidement. Mais derrière la vulgarité, l’œil des deux protagonistes frétille. L’attirance est déjà là. La scène suivante nous les montrera en train de faire l’amour dans une cabine de photomaton. Les péchés expurgés, le film va pouvoir s’abandonner à une balade nocturne au cœur d’un Paris mélancolique.

Malheureusement, jamais le métrage ne parviendra à atteindre la grâce de ses modèles, la faute à des ressorts narratifs déjà trop éculés depuis des décennies de comédies romantiques. Artificiels et grossiers, les fils scénaristiques sont trop ostentatoirement visibles à l’écran pour transmettre le moindre grain de folie et surprendre le spectateur. Dans cette parenthèse souvent invraisemblable, le problème ne vient pas du manque de réalisme, car beaucoup ont démontré une poésie à s’amuser des contours du plausible, mais de l’incapacité du projet à s’émanciper des lieux communs dans lesquels il enferme ses personnages. Archétypes plus que héros dramaturgiques, ils condamnent "Une nuit" à n’être qu’une succession de saynètes bavardes pour servir un dénouement attendu. L’ennui plus que la nuit…

Christophe BrangéEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire