Banniere_Face_a_Face_2022

UNE FEMME DE NOTRE TEMPS

Un film de Jean-Paul Civeyrac

Une femme à la recherche d’elle même ?

Juliane a perdu sa petite sœur Lydia, décédée à l’âge de 40 ans, il y a maintenant 5 ans. Commissaire de police, elle est aussi connue pour les romans noirs qu’elle a publiés et a décidé d’en écrire un sur sa sœur. Un jour, de retour d’une scène de crime dans les bois, elle aperçoit par hasard son mari avec une autre femme. Une fois à la maison, l’attitude de celui-ci lui paraissant douteuse, elle décide de le suivre…

Une femme de notre temps film movie

À la vision de "Une femme de notre temps", nouveau film de Jean Paul Civeyrac, auteur de "Des filles en noir" et "Mes Provinciales", il est bien difficile de savoir si l'on a réellement compris quelque chose à ce récit improbable, ou même à ce personnage, dont les traumas du passé semblent ressurgir (ou surgir) au fil du récit. Une histoire qui semble relever du cauchemar éveillé, pour une femme dont la nature à la fois d'enquêtrice et de romancière, interroge forcément sur la vérité de ce qu'on a sous les yeux. Le principal problème du film est d'ailleurs que Civeyrac semble n'avoir jamais réussi à trancher, nous offrant un récit où la supposée droiture du personnage vacille face à des événements ou découvertes, qui n'en sont peut-être pas vraiment.

Car comment savoir si l’attitude du mari, et surtout ce qu’elle découvrira notamment dans la cabane, n’est pas juste le fantasme d’une femme qui ne s’est jamais remise de la mort de sa sœur. Le dénouement, absolument pas crédible, tendrait aussi à laisser croire cela, comme si le personnage interprété avec ferveur par Sophie Marceau, cherchait juste un moment de repos face aux questions qui la tourmentent. Beaucoup, donc, resteront sur leur faim face à un scénario tortueux et bien peu limpide. Reste la mise en scène de Jean Paul Civeyrac, qui parvient à créer une ambiance étrange, à la fois par l’exploitation de lieux renvoyant aux codes du polar, et par des passages plutôt réussis mêlant cauchemar et réalité.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire