Bannière Festival de Berlin - Berlinale 2020

UN CHIC TYPE

Taulard repenti

A sa sortie de prison, un homme croise dans un bar des anciens amis gangster. Peu désireux de reprendre du service, il devient mécanicien. Entre son patron compréhensif, la fille de celui-ci plutôt méfiante, une logeuse acariâtre et des gangsters insistants, il va avoir bien du mal à se réinsérer...

Stellan Skarsgard ("Breaking the waves", "Dogville", "Mamma mia") interprète à son tour un taulard fraîchement sorti de prison, dans ce film à l'humour nordique bien reconnaissable, à la fois cru, décalé et pince sans rire. Un peu dépassé par les évènements et par ce nouveau monde qui l'entoure, après 12 ans derrière les barreaux, il doit faire face à un ami gangster envahissant, qui voudrait bien qu'il lui rembourse de l'argent, une logeuse acariâtre et avide de sexe, et un patron garagiste qui aime à débiter sa vision du monde en de longs monologues aussi interminables qu' intrinsèquement logiques.

Le spectateur, lui, s'amuse forcément de ces vents contraires qui viennent perturber le fragile équilibre de l'anti-héros au centre de l'histoire. Et il voit venir d'un oeil bienveillant deux autres personnages, plus en retrait, qui pourraient bien s'avérer des facteurs d'équilibre. Jolie histoire d'une rédemption pas facile à atteindre, "A somewhat gentle man" est aussi une histoire de familles, de celles qu'on a pu se choisir un jour, mais qui ne sont pas toutes compatibles. Une histoire de choix à faire, conditionnée bien entendu, aux choix que font aussi les autres. Un film doux amer.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire