Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

LES TUCHE 3

Un film de Olivier Baroux

Jeff Tuche Président

Jeff Tuche, maire de Bouzolle, est heureux que le TGV vienne dans sa commune. Seul problème, il ne s’y arrête pas. Il décide alors d’appeler l’Elysée pour exposer son problème, mais il ne réussit pas à parler au Président de la République. Il se présente alors à l’élection présidentielle pour donner une visibilité à son problème, mais par un concours de circonstances improbable, il se retrouve propulsé à l’Elysée…

Après avoir découvert la principauté de Monaco dans le premier opus, être allés aux Etats-Unis dans le second, voilà que les Tuche débarquent à l’Elysée dans le troisième volet de leurs aventures. La raison : Jeff Tuche a été élu président de la République ! (Oui vous avez bien lu), après une succession de circonstances ubuesques lors des résultats du 1er tour (les raisons du retrait des candidats sont assez drôles) qui lui permettent d’être au second tour et d’affronter le Président sortant lors d’un débat télévisé où ce dernier se saborde après une attaque de Jeff Tuche sur ses oreilles !

Voilà donc le point de bascule des "Tuche 3". Mais comment réussir à tenir la longueur par la suite ? Le jeu du décalage entre un environnement codifié et luxueux tel que celui du palais de l’Elysée et de la fonction présidentielle et le mode de vie des Tuche amène à sourire plus d’une fois et à rire quelques fois. Ces derniers vont bien évidement réussir à mettre au pas ce fonctionnement et imposer leur mode de vie.

De scénario, il n’y en a pas vraiment, le film enchaîne les sketchs pendant une heure et demie, et c’est totalement assumé. Au passage, quelques pics sont lancés à la politique actuelle comme la difficulté qu’a la France à vendre ses Rafale, alors que Jeff réussit à en vendre 10 en pariant face à Angela Merkel sur un match de foot entre la France et l’Allemagne. Ou encore le fait de réussir à faire payer le CAC 40. Cependant, tout ne fonctionne pas, certains running gags s’essoufflent rapidement comme les phrases à rallonge de Jeff Tuche ou les efforts du chef cuisinier de l’Elysée de réaliser des frites façon Tuche. Et on passera sur une fin qui « tuche » le fond et qui annonce peut-être une quatrième aventure (dont on peut douter de l’intérêt d’exploiter cette situation).

L’erreur du scénario (si on considère qu’il y en a un) est de sacrifier les membres de la famille Tuche pour laisser la place au jupitérien Jeff Tuche, qui comme la fonction présidentielle, vampirise à lui seul le film (le long-métrage aurait pu s’appeler Jeff Tuche et sa famille à l’Elysée). Ainsi certains personnages sont moins en vue : on suit de loin Donald qui vit ses premiers émois sexuelles ou Mamie Suze qui fait une crise de rock. Wilfried et Stéphanie, eux ne sont pas plus gâtés par le scénario : entre une histoire d’amour avec Barna Bé (Oui le jeu de mot est assumé) pour elle, et un jeu du chat et de la souris avec un garde du corps pour lui.

Mais force est de constater que Jean-Paul Rouve et Isabelle Nanty sont parfaits dans leurs rôles et on ne peut imaginer d’autres acteurs dans la peau de ces personnages. Ce troisième épisode est donc le plus faible de la trilogie, la faute à un scénario qui décide de tout miser sur Jeff Tuche et d’éclipser quasiment tous les autres personnages (seul celui de Cathy surnage). De plus tout n’est pas drôle, et le rouage comique s’essouffle au fur et mesure que le film avance. L’indigestion de frites n’était pas loin, peut être au quatrième épisode !

Kevin GueydanEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire