Bannière Festival de San Sebastian 2021

SUMMER WARS

Un film de Mamoru Hosoda

La famille contre-attaque

Bienvenue dans le monde d'OZ : la plate-forme communautaire universelle d'Internet. De son ordinateur, ou de son téléphone, on se connecte, et ce sont des millions d'avatars qui vivent virtuellement le plus grand réseau social on line. Kenji, un lycéen qui a tout du geek, est invité par la Natsuki de ses rêves à passer le week-end à Nagano pour la fête traditionnelle du clan Jinnouchi. Il doit jouer le rôle du « futur fiancé » auprès de toute la famille et notamment de la grand‑mère adorée de Natsuki. Pendant ce temps-là, un virus attaque OZ, déclenchant un cataclysme au niveau planétaire. Kenji sort de sa gaucherie et devient le héros qui mettra derrière lui tout le clan Jinnouchi pour sauver le monde virtuel et ses habitants...

« Summer wars » n'a clairement rien à voir avec la lenteur et la poésie du Studio Ghibli. On est vite embarqué dans une histoire bien rythmée, qui replongera bon nombre d'entre nous dans des univers connus de notre enfance. Certains pourront ainsi y retrouver leurs dessins animés japonais préférés et plus précisément « Juliette je t'aime » dans ses traits grossiers et caricaturaux, dans la romance timide et un peu niaise entre les deux héros, et dans l'esprit de clan omniprésent, mais aussi « les Chevaliers du Zodiaque » dans la similitude des combats entre avatars.

Mais ce ne sont pas là les seules références invoquées par « Summer wars ». Un film aussi revient facilement en tête, « War Games », où deux héros adolescents sauvent le monde en gagnant une partie d'échecs contre un ordinateur. « Summer wars » est ainsi rempli de toutes ces références qui nous sont chères et permettent de naviguer entre ses deux mondes. Un monde virtuel à l'esthétique manga en proie à une guerre sans merci, et la réalité d'une famille où les conflits sont parfois violents et tout aussi nombreux. Mais toute cette agressivité est comme toujours contrastée avec beaucoup d'humour, beaucoup d'amour et parfois de naïveté, comme dans la croisade acharnée contre le mal ou dans l'état d'esprit ultra chevaleresque du héros, ou les valeurs qui rendent le film frais et pétillant. Un vrai bonbon à déguster en famille.

Pascaline CharrinEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire