Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

SOIE

Un film de François Girard

Sans relief

Comme dans toute l'Europe, au début des années 1860, les élevages de vers à soie sont décimés par une maladie. Dans une soirie française, un jeune militaire est chargé d'aller cherché des oeuf sains en Afrique. Mais le résultat est le même, et le seul endroit où l'approvisionnement sera finalement le Japon, contrée alors interdite aux étrangers...

« Soie » est adapté d'un livre à succès d'Alessandro Baricco, datant de 1996. Si l'on voit bien ce qui a pu passionner dans cette tragique histoire d'un adultère indirect, on se dit rapidement, à la vision du film, que les aller-retours pour chercher des vers à soie n'ont rien de palpitant. Aussi l'on se raccroche à de magnifiques paysages traversés longuement (la photographie est sublime), sans pour autant découvrir le Japon ni sa culture, en dehors d'une introduction à la cérémonie du thé, qui laissait entrevoir des merveilles de volupté.

Malheureusement, passée cette scène, l'érotisme retombe rapidement, et l'on se retrouve face à un téléfilm joliment illustré, mais sans âme. Difficile alors de croire à cette histoire, aux trahisons, rivalités et de se passionner pour les non-dits et l'exil, une fois revenus au pays. Si Keyra Knightley est une fois de plus formidable, son personnage reste tout de même peu prégnant. Quant à Michael Pitt, son visage de poupon le dessert franchement dans ce récit qui aurait mériter plus de souffrances et d'expression. Bref, « Soie » est une cruelle déception.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire