Banniere_Festival_Lumiere_2020

SEX FRIENDS

Un film de Ivan Reitman

Juste pour le cul… ou presque

Emma et Adam se connaissent, sans réellement s’être fréquentés : différentes écoles, villes différentes, quelques soirées et une colonie de vacances étant petit. Lui est un gros dragueur, et elle une accro au boulot n’ayant aucun temps à consacrer à un mec. Ensemble, ils trouvent une solution qui leur convient parfaitement et deviennent sex friends c'est à dire « copains de baise » en français...

Revoilà une comédie romantique de début d’année avec Ashton Kutcher (il nous en sert une à deux par an, depuis qu’il est producteur de ses propres films). On peut donc s’attendre à une histoire romantique sirupeuse, quelques scènes où l’on pourra admirer le corps musclé d’Ashton, voire ses fesses, et des bons sentiments à la pelle. Et « Sex friends » n’échappe pas à la règle !

Ashton Kutcher s’exhibe devant la caméra, se ballade nu, avec des gros plans sur ses fesses (pas si musclées), tandis que sa partenaire, Natalie Portman reste très pudique (dans aucun plan, vous ne verrez un bout de fesse ou de téton dépasser du drap). Les scènes d’amour sont insipides et les dialogues qui tournent autour du sexe (pendant au moins un tiers du film) sont si peu subtils, qu’ils en sont ridicule, s'avérant dignes d’une discussion entre vierges pré-pubères… Et on se dit que comme pour les frites mcC**n, « ce sont ceux qui en parlent le moins qui en font le plus ». Et nous disposons là d'une belle bande de bavards !

Pourtant la thématique des rapports de couples était plutôt intéressante, et révélatrice de l'évolution notre société : peur de l’engagement, renoncement à sa vie personnelle au profit de sa carrière, nouveau mode de consommation rapide de l’amour… Mais autant la mise en scène que l’histoire s’essoufflent très vite, et le dénouement si évident ne nous intéresse pas, car aucune étincelle ne se dégage du couple Natalie / Ashton. Cameron Diaz, Elizabeth Heigh, Anne Heche ou encore Jessica Alba, ont prouvé qu'elles avaient plus de crédibilité cinématographique face à Ashton Kutcher que Natalie Portman, malgré tous ses efforts. Il faut également ajouter une remarque : Kevin Klein, qui interprète le père d’Ashton, à qui il a été demandé de jouer les vieux séducteurs bling-bling qui se tapent des mineures… est tout bonnement affligeant.

La bonne morale américaine de cette histoire est qu’il est impossible de coucher avec quelqu’un sans éprouver de sentiments pour cette personne. Merci donc à Ashton de rassurer toutes les filles naïves qui se verront confortées par ce discours. « Sex friends » est donc une comrom (comédie romantique) qui aurait pu nous faire vibrer, mais qui est retombée comme un soufflé.

Véronique LopesEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire